Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 05:42

Êtes-vous plutôt conservateur

ou plutôt révolutionnaire ?

 

 

                                         fleur d'artichaut
 

La pensée conservatrice semble se fonder sur le postulat suivant : nous vivons dans un monde potentiellement idéal, pour peu que chacun joue le jeu. Le système n’a donc pas à être critiqué ou remis en cause.

Dans la lignée on trouve l’individualisme, le self made man américain dénoncé par Michael Moore dans « Tous aux abris ! », le « moi j’y suis bien arrivé, alors vous pouvez en faire autant ! » en guise de programme politique (même Jamel Debbouze, porte-drapeau de la génération des 15-25 ans actuelle, semble parfois faire partie de ceux-là).

 

À l’opposé se trouve une réflexion critique des structures de la société qui sont créatrices d’injustices, dans la lignée de l’extrême gauche en allant jusqu’aux anars, et de Bourdieu avec son concept si pertinent de violence institutionnelle.

 

Du coup on rencontre tantôt des « plutôt satisfaits », tantôt des «plutôt révoltés ».

 

Encore que les conservateurs sont révoltés contre ceux qui ne font pas tout pour s’intégrer et qui forment ces cohortes d’assistés pour lesquels ils (les conservateurs) crachent au bassinet via l’impôt.

 

Ce profil politico-psychologique semble se transmettre à travers l’éducation, encore que des fratries s’affrontent sur ce terrain, comme quoi l’éducation n’est décidément pas une science exacte.

 

Le sujet se corse encore lorsque l’on considère qu’un quidam peut évidemment être conservateur dans certains domaines et révolté dans d’autres.

 

De plus l’intellect est constamment marqué par l’émotionnel : on s’emporte soudain pour une sensation d’injustice, sans se rendre compte que la proposition qui s’ensuit n’a aucun intérêt du point de vue d’une discussion constructive et logique. L’émotionnel nous fait « zapper » en permanence, débouchant sur des formules toutes faites qui oublient le point de départ de la conversation, aboutissant à des « discussions de comptoir » qui se terminent par des constats d’échec et de résignation. « Tous pourris. »

 

 

 

Revenons à nos moutons : êtes-vous plutôt conservateur ou plutôt révolutionnaire ?

Être conservateur est plutôt confortable : on peut vivre intellectuellement sur son capital financier autant que culturel sans trop s’en faire. Ça permet de vivre une retraite pépère.

 

En revanche être révolté demande un investissement permanent, une recherche d’argumentation de chaque instant – encore que les conservateurs ne manquent pas de rhétorique pour asséner leur programme de responsabilisation individuelle, mais ils ont la plus grande partie de la presse de leur côté, ce qui leur donne un atout majeur pour trouver leurs arguments : ils n’ont qu’à répéter ce qu’ils entendent quotidiennement sur France-Info, organe de propagande du libéralisme économique, et aussi sur la plupart des programmes de Radio-France, comme sur les radios privées.

 

De plus, se révolter demande, si l’on n’est pas soi-même victime de cette violence institutionnelle, une espèce de dédoublement de pensée perpétuelle : d’un côté j’ai réussi socialement, professionnellement, et de l’autre je continue à être critique. C’est plus logique et plus reposant d’être conservateur lorsqu’on a réussi. Ça renforce la tendance évoquée plus haut à la retraite pépère.

D’ailleurs sur ce chapitre, plus d’un, le chanteur Renaud en bonne place, se font régulièrement sermonner pour défendre les petites gens tout en étant eux-mêmes issus de la bourgeoisie. Comme si la défense des exclus ne pouvait venir que d’eux-mêmes !

 

Évidemment, quand on a trouvé des sources d’information susceptibles d’alimenter notre sensibilité de révolté, on s’y accroche. Mais deux écueils risquent de se présenter : soit ces sources sont un programme de propagande en boucle qui nous est ressassé à l’identique depuis vingt ans (la presse de partis : Lutte Ouvrière, Rouge ! etc.) ; soit la recherche de nouveauté conduit à une vision consensuelle ramollissante, comme cela arrive à Charlie-Hebdo ces temps-ci. D’où une vigilance accrue et permanente pour savoir à quelles sources non frelatées nous pouvons nous informer.

 

La presse ?

Le Monde Diplomatique,

La Décroissance,

Le Plan B, (18 avril 2013 : remplacé désormais par Médiacritiques)

Le Sarkophage. Un peu plus ardu à lire que les deux journaux précédents.

 

La télévision ?

Rien, sauf peut-être quelques rares télé locales.

 

La radio ?

Internet nous permet désormais d’écouter certaines radios locales partout dans le monde.

Peut-être Radio Libertaire, surtout pour ses programmes de chansons françaises qui permettent de découvrir des auteurs censurés (certains y entendront peut-être l’écueil du programme de propagande en boucle qui nous est ressassé à l’identique depuis vingt ans, mais lorsqu’on le découvre ça peut être décoiffant).

Radio Zinzine, certainement. Voir http://radio.zinzine2.free.fr/index2.php > Ecoutez-nous.

Et au moins un espace d’audition sur France-Inter : « Là-bas si j’y suis », en semaine entre 15 et 16h. Voir le site non officiel : www.la-bas.org

 

 

Et si vous êtes conservateurs, quelles sources d’informations peuvent alimenter votre réflexion ?

Tout le reste, à peu près.

 

 

Pour finir (quoique…) à propos de la lutte des classes, dont certains aimeraient tellement qu’elle soit finie qu’ils ont déclaré qu’elle était effectivement terminée, qui a dit : « Oui, Messieurs, c’est la guerre entre les riches et les pauvres : les riches l’ont voulu ainsi ; ils sont en effet les agresseurs. Seulement ils considèrent comme une action néfaste le fait que les pauvres opposent une résistance. Ils diraient volontiers, en parlant du peuple : cet animal est si féroce qu’il se défend quand il est attaqué.  » ? Auguste Blanqui, fils de Sous-Préfet. Voir l’émission de Là-bas du 12 février 2007 :

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1107 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gorge Rouge - dans vitre
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gorge Rouge
  • : Essentiellement préparer l'après pétrole localement, fruit d'une quête tous azimuts pour comprendre ce monde de fous.
  • Contact

Profil

  • gorgerouge
  • Voir http://gorgerouge.over-blog.com/article-a-la-recherche-de-l-evidence-14-janvier-2011-65012602.html