Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2006 1 26 /06 /juin /2006 20:11

Lettre ouverte à la direction de France Inter

 

L’émission de France-Inter « Là-bas si j’y suis » est en passe d’être reléguée à un créneau horaire qui lui ferait perdre 50% de son audience.


 


Les puissants, les décideurs font taire la voix des pauvres afin de pouvoir poursuivre leur violence institutionnelle en silence. Mais pas en toute impunité.

 

Quand ça vous sautera à la gueule notre rage sera telle que nous ne pourrons pas trouver d’arguments pour vous permettre d’échapper à la potence.

 

Aujourd’hui il est encore tant de négocier.

 

C’est bien d’une lutte des classes dont il s’agit : vous nous traitez comme un corps social à abattre alors que nous vous proposons un monde où une place au soleil sera garantie pour tous, y compris vous. Comme l’était l’Amérique au temps des Indiens. Mais vous ne voulez pas de ce monde.

 

Votre appât du gain au détriment des plus pauvres, dont vos pratiques délocalisatrices et boursicoteuses sont le fer de lance, est trop fort pour que vous puissiez faire preuve d’une lucidité et d’une générosité vitales pour notre société ; pour votre société. Car vous faites partie de cette incurie et en bout de chaîne vous en serez les ultimes victimes.

 

150 000 pétitionnaires en faveur du maintien de l’émission à 17h06 vous laissent de marbre, comme vous a laissé de marbre le vote contre le projet de constitution européenne, source d’inégalités économiques accrues. Barre et consorts faisaient partie de ses défenseurs, non ?

 

Votre richesse provoque notre pauvreté, vous vous en foutez.

 

Notre pauvreté provoquera notre perte à tous, vous compris.

 

Boursicoteurs qui lisez ce texte, quand comprendrez-vous que vos profits se font sur le dos des salariés précarisés ? Les petits porteurs sont le moyen qu’ont trouvé les gros porteurs pour se mettre une partie de la population dans la poche en les rendant complices de leur pillage.

 

Mais combien êtes-vous à nous saigner ? De 2% d’actionnaires à la papa, vous êtes passés à 10% ? Vous pillez 90% de classes moyennes et pauvres dont vous mêmes risquez d’un jour à l’autre de faire partie au détour d’une délocalisation de votre boîte ou d’une chute de vos actions !

 

Ce n’est pas de culpabilisation qu’il s’agit : c’est de logique. Et de fraternité.

 

Vous pouvez vous passer de vos actions. Les pauvres qui se font couper l’électricité chez eux ne peuvent pas se passer de se chauffer l’hiver. Mais vous n’y pourriez rien ? Oh que si ! La privatisation des entreprises qui ont licencié ces milliers de personnes n’aurait pas pu être réalisée sans votre consentement, sans votre complicité.

Tant qu’il est encore temps de négocier, vous pouvez toujours signer la pétition pour sauver Mermet et son équipe, soupape de décompression permettant une expression constructive de la révolte.

 

Pour ce qui est de la suppression du système boursier, des paradis fiscaux et du secret bancaire (ce dernier mis en place pendant la seconde guerre mondiale pour sauver la fortune des déportés, désormais injustifiée depuis 60 ans), tout reste à faire (ATTAC s’y est mis) mais tout est faisable à qui s’en donne les moyens.

 

Les moyens médiatiques nous manquent ? Pas si sûr : même si Mermet saute, il restera toujours des brèches de résistance : Internet pour l’écouter le soir en différé à vingt devant un ordinateur ; les bi-mensuels « La Décroissance » et « Le plan B ». Même s’ils ne se trouvent pas encore en kiosque à part dans les grandes villes, on peut s’y abonner. Et un abonnement pour vingt est à la portée des plus pauvres.

 

Et surtout le bouche-à-oreille : savez-vous que le français que vous appelez moyen et qui regarde TF1 tous les jours du fond de son 20 m² n’est pas dupe quand il voit les revenus des PPDA qui sont, non pas indécents comme vous le reconnaissez parfois, mais mortels pour ceux que la misère tue ?

 

« Je n’appelle pas à l’éviction d’un Jean-Marc Sylvestre même si sa chronique quotidienne me fait vomir » disait en substance un auditeur sur le répondeur de ‘Là-bas si j’y suis’.

 

Vous, vous n’appelez à l’éviction de Mermet : vous n’en avez pas besoin. Vous le déplacez d’autorité. Avant de nous faire un discours sur la démocratie.

 

C’est difficile de garder son calme devant tant de cynisme, de perversité.

 

La non-maîtrise de nos facultés intellectuelles, devant des montés d’adrénaline aussi fortes, nous ferait rapidement nous tourner vers des choix violents. D’ailleurs n’est-ce pas le cas des électeurs d’extrême droite ?

 

Quant à nous, nos facultés intellectuelles sont caractérisées par cela : nous voulons une société qui organise une place pour tous.

Et si vous maintenez que la loi de la jungle est une loi naturelle et indépassable, ne venez pas pleurez si c’est sur votre gueule que le prochain cocktail Molotov s’abattra.

 

Je suis grossier ? Et vous ? Votre fortune et votre musellement de Daniel Mermet, ce n’est pas grossier, ça ? C’est assassin !

 

Les trois plus grosses fortunes mondiales sont équivalentes au PIB des 47 pays les plus pauvres et ça empire chaque année depuis 30 ans. Faites-vous quelque chose plus inverser la tendance ? Non : vous préférez tirer sur Mermet.

 

La célébrité dont nous abreuvent vos médias nous font vomir : vous n’aurez pas ma photo.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gorge Rouge - dans vitre
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gorge Rouge
  • : Essentiellement préparer l'après pétrole localement, fruit d'une quête tous azimuts pour comprendre ce monde de fous.
  • Contact

Profil

  • gorgerouge
  • Voir http://gorgerouge.over-blog.com/article-a-la-recherche-de-l-evidence-14-janvier-2011-65012602.html