Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 12:00

 

J’utilise fréquemment quatre façons de présenter les enjeux environnementaux actuels, et ceci depuis longtemps, mais le passage de la parole à l’écrit prend parfois du temps.

 

Première présentation :

les ressources naturelles fossiles sont en quantité limitée, « finie », et leur épuisement est daté (voir Sciences et vie, données reprises par http://terresacree.org dans fin des ressources ).

La question est de savoir si l’on peut se contenter d’attendre leur épuisement ou si nous serons grillés avant : à cause du réchauffement engendré par la combustion de certaines de ces ressources (pétrole, charbon, gaz). Hubert Reeves soutien la seconde position, et certains se demandent même si l’inertie du réchauffement climatique ne nous aurait pas déjà fait passer le point de non retour (libération du permafrost notamment).

 



Seconde entrée en matière :

les énergies renouvelables sont d’une puissance incomparablement plus faible que les énergies fossiles. Les premières ne remplaceront pas les secondes à la même puissance, loin, très loin de là. D’où la question : comment devons-nous anticiper cette différence de puissance ? Comment devons-nous organiser collectivement une décroissance énergétique progressive mais importante, de 50 voire 70% ? Et là, la seule balise qui peut, et qui doit nous servir de boussole, en dehors des Diafoirus qui nous vendent des lendemains énergétiques qui n’arriveront pas, cette balise est quelque chose qui ressemblera au mode de vie que nous avions avant le recours aux énergies fossiles, et même avant le colonialisme. C’est-à-dire un mode de vie essentiellement rural. La fausse solution qui préconise le tout urbain mènera à une impasse écologique (raréfaction du pétrole et réchauffement climatique) et humaine (néo-colonialisme des bio-carburants).

 

Troisième voie :

ni les initiatives individuelles ou communautaires de réduction de notre empreinte écologique (elles existent comme sur http://www.passerelleco.info/ ou dans la revue papier du même nom, mais elles sont trop rares, et les injonctions de modification de nos petits gestes quotidiens ne donnent rien), ni l’échelle nationale ou internationale (il ne reste pas grand'chose du Grenelle de l’environnement à part ces mêmes préconisations individuelles qui ne changent rien) ne sont les bonnes échelles pour s’attaquer aux enjeux environnementaux. Il reste l’échelon intermédiaire : celui des collectivités territoriales. Mais en prennent-elles la mesure ? En prennent-elles le chemin ? Non. Pas encore, sauf peut-être sur http://villesentransition.net/ .

 

Quatrième forme d'introduction :

la fonte des glaces et leur effet tampon. Tout le monde ou presque se moque que les glaces fondent. Mais après ? Que se passera-t-il une fois qu’elles auront disparu ? On décrit le plus souvent la hausse du niveau des océans et les réfugiés climatiques par centaines de millions. Mais je pense ici à toute autre chose : les glaces, polaires ou de montagne, libèrent leur fraîcheur en fondant et assurent ainsi un rôle tampon, un rôle régulateur sur la température du globe. Leur disparition progressive supprimera cet effet de frein sur le réchauffement climatique, et l’emballement sera d’autant plus rapide. Quand ? Progressivement. Donc dès maintenant.

                                                                                 22 juin 2009.


14 janvier 2010 : avec l'amorce de refroidissement actuel, phénomène solaire selon certaines sources, cette 4ème forme d'introduction devient caduque. Reste les 3 précédentes qui conservent toute leur pertinence.

25 janvier 2010 : cette fin de semaine j'ai revu le film : "Nos enfants nous accuseront" à Pont-L'Evèque, projection à l'initiative d'une femme seule. Le côté conséquences désastreuses sur la santé de notre alimentation industrielle prend largement la place du réchauffement climatique. Il y a donc bien quatre entrées en matière :
- l'épuisement des ressources fossiles,
- leur non remplacement par les énergies renouvelable,
- la malbouffe industrielle,
- et l'échelle locale et collective pour agir.

Ces 4 enjeux qui nous touchent ou nous toucheront à très court terme directement, nous, occidentaux, sont bien évidemment liés à tous les autres : faim dans le monde, réfugiés climatiques, appauvrissement de la fertilité des terres etc.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gorge Rouge - dans braise
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gorge Rouge
  • : Essentiellement préparer l'après pétrole localement, fruit d'une quête tous azimuts pour comprendre ce monde de fous.
  • Contact

Profil

  • gorgerouge
  • Voir http://gorgerouge.over-blog.com/article-a-la-recherche-de-l-evidence-14-janvier-2011-65012602.html