Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 22:20

« Camarades ! Préparons l’ère post-productiviste ! »

 

5267249842_3e86134357.jpg

 

Mettons-nous à la place « des gens » auxquels nous nous adressons : que peuvent-ils bien comprendre à « l'ère post-productiviste » ? Nous leur parlons d'un roman de science fiction ? D'accord, mais alors dans le cadre d'une conversation littéraire ! Pas dans le cadre d'une action politique !

 

Le caractère virtuel de notre environnement culturel, de notre perception du monde, nous rend très difficile le moindre échange futuriste-réaliste. Nous devons mettre les points sur les i à chaque pas, derrière chaque mot. Ce qui rallonge nos prises de parole, entendues comme prises de tête.

 

---------------------------

 

Voilà quelques jours, je glissais au détour d'une conversation avec un collègue que le pic de pétrole avait été franchi en 2006. Que crois-tu que fut sa réaction ? « Tu n'en perds pas une, toi ! »

 

Et si j'avais insisté en lui demandant : étais-tu au courant ? Soit il n'aurait pas répondu , soit il aurait dit « oui » ou « non », mais pour quel résultat ? Le résultat suivant : il s'en fout ! Ça ne le concerne pas. C'est du virtuel. Les politiques n'ont qu'à s'en occuper, lui ça le dépasse. Et si jamais un politique y prête un peu d'intérêt, que veux-tu qu'il te réponse ? Quelque chose comme : « si ma base ne me pousse pas à de telles prises de positions je ne serai pas réélu » ou un truc de ce genre.

 

--------------------------

 

5246711152_7132820057.jpg

 

Hier 18 décembre 2010 à CO2 mon amour, dans l'émission de Denis Cheissoux alias «Denis Chersous » sur France Inter, le cas de Mouans-Sartoux a été évoqué, avec interview du maire. Conclusion ? Nous sommes en train de réinventer des pratiques agricoles de proximité proches du moyen-âge ! Si ce n'est pas un « retour en arrière » ou à l'âge de pierre, ça !

 

Mais ce n'était pas le moindre paradoxe de cette émission habituellement porte-parole du développement durable sarkozy-compatible : le plus significatif est à mon avis que le mot « décroissance » n'a pas été prononcé une seule fois.

Car finalement, qu'est-ce que c'est le plus important de cette révolution sans précédant que nous allons vivre dans les 10 ou 15 ans qui viennent ? Est-ce vraiment la décroissance ? Ou l'ère post-productiviste ?

N'est-ce pas plutôt des pratiques productives de proximité ? Défossilisées ? À forte main d'oeuvre ajoutée ? Où l'échange démonétarisé supplantera les échanges marchands ? Où la convivialité, l'entr'aide, le travail collectif seront réinventés ?

Le terme décroissance porte une autre tare, en plus d'être négatif et de donner l'impression (fausse) de venir s'ajouter à la récession : celle d'être empruntée au vocabulaire de l'économie.

 

Troisième paradoxe de cette émission : ils ont parlé de ce qui se fait à Mouans-Sartoux. Très bien. Et puis basta ! Tout est bien qui finit bien! Euréka ils ont trouvé LA solution ! Sauf que tous les à-côtés n'ont pas été envisagés, en réalité ils ont tellement été occultés qu'on avait l'impression, une fois de plus, que tout allait continuer comme avant (tout changer pour que rien ne change), l'évocation du moyen-âge se limitant à la sphère agricole et alimentaire. Il n'a pas été dit que TOUS les secteurs économiques allaient être bouleversés par l'explosion du coût du pétrole et de l'uranium. L'artisanat local dans tous les secteurs, il n'en a pas été question. On a tiré sur le premier fil de la pelote de laine. Mais il reste toute la pelote. Nous n'en sommes qu'au début, au tout début. Et ce n'est pas du virtuel.

 

-----------------------------

 

5225417821_670025da4e.jpg

 

Qu'en conclure ?

 

L'après-pétrole, nous y allons résolument. Ce n'est pas qu'un projet dans la tête des objecteurs de croissance.

 

L'entrée adéquate pour être entendu n'est ni la décroissance ni l'ére post-industrielle ni aucun dogme ou aucune évidence qui est dans notre tête à nous objecteurs de croissance, mais la recherche chez notre interlocuteur d'un point d'accord à trouver avec lui, parfois difficile à obtenir (voir mon collègue), dans ce cas seul le temps jouera, inéluctablement, dans le sens de nos positions post-pétroleum, quitte à prendre des chemins de traverse du genre ce qui se passe réellement sur le terrain (Mouans-Sartoux par exemple).

 

Enfin, dans 10 ans, dans 15 ans, les changements en cours seront tels que nous ne pouvons nous contenter de nous en remettre à nos élus. Nous devons impulser, initier des changements collectifs locaux. Ça c'est le plus dur : nous ré-approprier notre capacité à réfléchir collectivement, et à envisager d'agir collectivement. Réfléchir collectivement, ça se fait dans les cafés philo, même s'il y a peu de monde. Passer à l'action collective pour réinventer un monde défossilisé, c'est tout autre chose.

Partager cet article

Repost 0
Published by Gorge Rouge - dans neige
commenter cet article

commentaires

claude branchu 20/12/2010 10:25


Bonne analyse. Tous les arguments présentés ou presque sont bons. Sont-ils pour autant audibles ? TOUT EST LA !


vincent 20/12/2010 10:05


apres le petrole viendra surement l electricite


Présentation

  • : Le blog de Gorge Rouge
  • : Essentiellement préparer l'après pétrole localement, fruit d'une quête tous azimuts pour comprendre ce monde de fous.
  • Contact

Profil

  • gorgerouge
  • Voir http://gorgerouge.over-blog.com/article-a-la-recherche-de-l-evidence-14-janvier-2011-65012602.html