Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2010 4 08 /04 /avril /2010 11:52

10 avril : un nouveau lien local qui vaut le déplacement :

http://grata.over-blog.org

 

 

             http://base.ekopedia.org/w/images/0/0e/Four_solaire_d%27Odeillo.jpg

---------------------------------------------------------------------------------


6 avril 2010 en fin de journée.

Je monte dans le train et je suis pris à parti par une jeune fille un peu, enfin beaucoup, hystérique, qui s'extasie devant mon chapeau de cow-boy et qui veut me l'emprunter.

- T'as pas des poux ?

- Quoi !

- Tu n'as pas des poux au moins ?

Ça dévie rapidement sur une demande de photo, Léa et moi côte-côte, demande écartée pour ma part.

 

Mais la discussion continue.

Léa est avec une copine et le copain de la copine.

Je lui fais un cadeau, mon blog. Ce qui l'éclate complètement.

 

-Tu es à jeun ?

- Quoi ?!

- Il te demande si tu es à jeun !

- Ha oui !! Evidemment que je suis à jeun !

 

Ils s'apprêtent à partir fumer une clope lorsque je découvre la bouteille de Vodka sur la banquette...

- Ben vous voyez, moi je délire tout autant que vous, et je suis à jeun.

- ...

- Ça prend du temps mais avec de l'entraînement on y arrive !

 

La copine reprend le flambeau de la conversation quand Léa lâche :

- Ho vous me fatiguez avec vos trucs ! C'est trop philosophique !

- Quoi ? Tu n'aimes pas la philosophie ? Ça peut pourtant être un sacré trip quand c'est pas chiant !

 

La discussion aurait dû se poursuivre mais l'intervention de Léa y mit fin, c'est ça les leaders trop auto-centrés !
Pourtant la suite n'aurait sûrement pas manqué de sel. Du genre :
- quand je suis sous l'effet d'un psychotrope, je sens nettement mes perceptions qui changent. Très précisément, j'essaie davantage d'imaginer ce qui peut bien se passer dans la tête des gens qui m'entourent, je suis plus attentif à eux, à leurs mimiques, leurs comportements non verbaux, leur tentatives pour prendre la parole, et surtout je fais tourner mon attention pour ne laisser personne hors du groupe : quand quelqu'un n’a pas été sollicité depuis longtemps je m'arrange pour le réintégrer dans le groupe en lui lançant un appel du pied, quel qu'il soit, il prend la balle au bon ou il ne la prend pas peu importe mais il est réintégré dans le groupe. Et à force de vivre ce genre d'expérience, je suis plus à même de faire la même chose à jeun. Mais ça prend du temps, c'est un long apprentissage.

- Second avantage de ma capacité à "triper" sans addiction : mes délires sont permanents, du genre communiquer plus facilement avec mon entourage comme maintenant, les brancher sur le projet de refaire le monde, de sauver le monde, comme un adolescent - mais les ados d'aujourd'hui sont-ils autant idéalistes qu'à mon époque ?! Êtes-vous aussi idéalistes qu’à mon époque ? Avez-vous déjà passé des soirées entières avec vos potes à refaire le monde ? À essayer de comprendre le monde ? Ou vos délires individuels, votre plaisir du moment vous suffisent-ils ?

- Quand je suis plongé dans mes pensées, de l'extérieur j'ai sûrement l'air parfois de faire la gueule mais je ne déprime pas, ou très rarement, je ne connais pas le coup de blues de l'après trip : je suis toujours en recherche plus ou moins féconde de mon monde idéal, de mon délire intérieur, c'est un délire bon pour la santé, bon pour mes neurones, bon pour la planète et les êtres humains, je peux en abuser : il n'existe pas d'addiction nocive à cette passion ! Et surtout mes ressentis intérieurs sont comparables à ceux provoqués par les psychotropes : je me sens fondamentalement bien dans mon corps, dans ma tête, dans mes muscles, je suis bien quand je me sens respirer (j’ai fumé la clope longtemps), profondément, lentement, je sens la vie dans mes poumons désormais propres, je ressens un sentiment de plénitude quand je me sens vivre, quand je marche dans la rue, quand je sens que je mérite mon chapeau de cow-boy. Merci à mon frère pour ce magnifique cadeau. C’est ça la vie. La vie se suffit à elle-même. « Le but de la vie, c’est la vie » aimaient à dire mes potes François Bigrel et Francis Scribot. Ce n’est pas la console, ou les frissons des films d’horreur, ou la consommation compulsive pour échapper à la frustration qui nous envahirait si nous ne pouvions pas donner libre cours à nos pulsions consuméristes. Alain Accardo l’exprime mieux que moi en pages 54 et 55 du « Petit bourgeois gentilhomme »

 

3962937932_8233901339.jpg

 

 

- Bon allez je vous l’avoue : j’aime bien un petit coup de rouge, pas tous les soirs mais assez souvent. Du Merlot, biologique, en cubi. C’est le top. Enfin pour moi ! Mais peut-on parler autrement que ‘‘pour soi’’ ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Gorge Rouge - dans astre
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gorge Rouge
  • : Essentiellement préparer l'après pétrole localement, fruit d'une quête tous azimuts pour comprendre ce monde de fous.
  • Contact

Profil

  • gorgerouge
  • Voir http://gorgerouge.over-blog.com/article-a-la-recherche-de-l-evidence-14-janvier-2011-65012602.html