Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 06:00
Le 5 juin 2013 mon pote Christophe m'écrit :
Ce mot de décroissance est mal choisi et repoussant : Pourquoi ne pas utiliser " une autre croissance", "une croissance différente", "une croissance de qualité" ....? Dans les centaines d'options qui s'offraient, vous avez choisi le pire repoussoir : Tous les mots en "dé", déchéance, décrépitude, décadence,  déclin entraînent instinctivement une idée de maladie, de vieillesse, de mort voire de pourriture.....

-----------------------------------------------

le 15 septembre 2013, gorgerouge a écrit :
Christophe,
suite à ce mail retrouvé en faisant du rangement, si tu veux je te donnerai à l'occasion le hors série de cet été de La Décroissance : essentiellement consacré à la pertinence de ce titre, car notre conditionnement principal, auquel Denis Collin himself n'échappe pas non plus, c'est bien la croissance, le développement, la relance (Destans), le progrès, l'industrialisation, le mythe de la machine qui fera le boulot à la place de l'homme qui se la coulera douce, et à l'inverse "tu ne me feras pas retourner aux champs", boulon "non numéroté" de mon Une Personne Spectacle.
Bien amicalement,
Gorgerouge.

Le 15 septembre 2013, Christophe a écrit :

 

la confusion vient de ce qu'il y a plusieurs façons d'interpréter le mot "croissance" et donc plusieurs façons de la ressentir et de la vivre . Effectivement la croissance en volume basée sur une consommation inutile et sur le gaspillage est stupide et dangereuse, elle conduit en amont au pillage des ressources naturelles et, en aval, à une pollution difficilement réversible .
En revanche le progrès technologique maîtrisé conduit à une croissance dans d'autres domaines : enseignement, santé, communication .
Même dans ces domaines, il faut d'ailleurs éviter les dérives d'une surproduction et d'une surconsommation comme on le voit dans le domaine de la santé avec la multiplication des examens, des opérations et des médicaments inutiles ou dangereux : on ne doit pas laisser la santé dans les mains du Dr Knock au pouvoir depuis 50 ans mais on doit quand même faire de la recherche....
Il faut chercher tous les moyens de se payer le progrès technologique sans l'amortir par une surproduction....
C'est vrai que les dérives sont nombreuses mais il faut continuer à améliorer la qualité sans gonfler la quantité.
On aura l'occasion d'en reparler mais je reste persuadé que le mot décroissance est négatif et qu'en plus de ce coté négatif, il a un coté dialectique et se présente comme une opposition frontale et conflictuelle 
 
Amicalement, Christophe
 
PS : pour les journées du patrimoine, je suis allé au moulin de Navarre et j'ai découvert la "pompe à coup de bélier" qui y était utilisée autrefois . Comme au cours de mes études je n'avais jamais entendu parler de ce type de pompe et que les schémas présentés n'étaient pas clairs, je suis allé sur Internet et j'ai trouvé un schéma simplifié dans une rubrique anglaise "how ram pumps work" après une nuit de réflexion sur ce schéma, je viens de comprendre....
Cette  petite histoire illustre mon attachement à une technologie qui permet d'échanger des informations complexes et de diffuser la connaissance.


Le 15 septembre 2013, Gorgerouge a écrit :

Gilbert Rist a publié un bouquin plusieurs fois réédité et augmenté, intitulé :  "Le développement, histoire d'une croyance occidentale".

Il écrit dans sa conclusion :

"La problématique du "développement" est inscrite au plus profond de l'imaginaire occidental. Que la croissance ou le progrès puissent se développer infiniment, voilà une affirmation qui distingue radicalement la culture occidentale de toutes les autres.
Cette caractéristique, aussi étrange que moderne, détermine entre les peuples une fracture dont la gravité l'emporte largement sur toutes celles qui ont été forgées au cours de l'histoire pour justifier (…) la prétendue supériorité de l'occident (sauvages / civilisés ; cultures de l'oralité / cultures de l'écrit ; sociétés sans histoire / sociétés historiques, etc.)"

C'est dans mon UPS et ça clôt la partie principale, celle du dévissage du boulon central de notre conditionnement : le progrès.

Le contraire du progrès, qui a donc fondé les autres cultures que la nôtre, c'est une vie fondée sur un fonctionnement écosystémique, en osmose avec la nature.

Ton argument de progrès technologique maîtrisé c'est le cheval de Troie de la croissance, qui permet, une fois qu'on l'a affirmé haut et fort, d'oublier comment décoître dans les autres domaines : car finalement nous nous satisfaisons de notre mode de vie et en bons "salauds immoraux* " que nous sommes, aveugles aux conflits armés lointains qui nous fournissent nos ressources fossiles, nous sommes incapables de réinventer une vie sevrée du pétrole, nous ne sommes capables que d'attendre son épuisement, lâchement, en niant notre implication dans les conflits armés autant que dans la destruction de la biosphère.

Sinon à propos du bélier hydraulique on trouve plein de choses en français,

http://aspic-boutigny-prouais.over-blog.com/article-mormoulins-suite-109176032.html 

et, mieux : http://chateauduloir.over-blog.com/article-231430.html



* immoraux parce que

« La façon dont les citoyens des pays riches vivent actuellement
est dans l’ensemble, moralement acceptable. »
Selon Thomas Pogge, cette situation est le « préjugé préféré »
de tous ceux qui vivent dans le monde occidental.

 Alison Katz, La santé pour tous ! Se réapproprier Alma Ata – janvier 2007 –éditions CETIM

et salauds par ce que lorsque nous prenons conscience de ce préjugé nous continuons la plupart du temps à l'ignorer.

Quant à l'opposition frontale et conflictuelle que tu dénonces, autre cheval de Troie de notre conditionnement pointé du doigt dans ce n° de la Décroissance, je ne vois pas en quoi il ne faudrait pas s'opposer frontalement à une civilisation qui détruit tout sur son passage, jusqu'à elle-même à la fin des fins.

C'est le boulon de la démocratie participative pervertie qu'il faut faire sauter ici : participer oui, à condition d'accepter l'essentiel, si tu t'opposes tu ne participes plus, couché ! C'est une démocratie consensuelle, soumise qui nous est imposée, s'y opposer relève du terrorisme ou de la radicalité, position inacceptable, "circulez y'a rien à voir" comme disait Coluche.

 

Gorgerouge.

 

PS : sur le thème des salauds immoraux, voir aussi Pierre-Emmanuel Neurohr dans http://gorgerouge.over-blog.com/article-preparation-du-16-septembre-p-e-neurohr-et-syrie-5-sept-2013-119892296.html


Partager cet article

Repost 0
Published by gorgerouge - dans neige
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gorge Rouge
  • : Essentiellement préparer l'après pétrole localement, fruit d'une quête tous azimuts pour comprendre ce monde de fous.
  • Contact

Profil

  • gorgerouge
  • Voir http://gorgerouge.over-blog.com/article-a-la-recherche-de-l-evidence-14-janvier-2011-65012602.html