Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2013 1 04 /02 /février /2013 19:59

Paris, mercredi 30 janvier 2013.

Le cerveau humain possède une capacité a priori unique dans le monde animal : se projeter dans un avenir lointain, et imaginer ce qui se passera, par exemple, dans 15 ans. En 2013, toute personne rationnelle qui s'informe sur la question du climat arrive à une conclusion somme toute logique : un champ transformé en béton par la sécheresse ne produit pas de nourriture. Pour cette raison, et beaucoup d'autres, la destruction du climat signifie que des dizaines de millions de personnes vont mourir.

Le Parti de la Résistance (PR) a été fondé pour dire l'évidence, à savoir que ce charnier ne sera pas la faute à "pas de chance", mais le résultat de la volonté délibérée des pays riches de continuer à consommer l'énergie fossile comme des porcs. Je sais, ce type de langage peut choquer, et certains pourront me reprocher, avec raison, dans seulement quelques années, d'avoir utilisé des mots bien trop doux. Le PR représente donc un effort de moralité basique : quand une population prépare la mise à mort d'une autre population, cela doit être dénoncé, et empêché. Et le PR appelle un "chat" un "chat" : ce qui se prépare sous nos yeux est un génocide. Beaucoup de gens commencent à être d'accord avec cette analyse. Une manière d'en convaincre d'autres consiste à montrer que cette notion de génocide est déjà présente dans beaucoup de discours. Simplement, elle est la plupart du temps légèrement voilée. Un exemple...

Les négociations internationales sur le climat se déroulent dans des enceintes très policées, très "propre sur soi", où des gros mots comme "pollution" sont, bien heureusement, remplacés par des bluettes du style "émissions". Il arrive cependant qu'une pensée claire émerge de ce gargouillis diplomatique. Fin 2011, en Afrique du Sud, la 17e conférence sur le climat des Nations Unies a invité une jeune femme pour représenter la "société civile" et parler devant la séance plénière. Anjali Appadurai est américaine, et comme nous sommes tous, jusqu'à un certain point, le produit d'une société, d'une culture, elle débite d'abord un certain nombre de considérations soporifiques sur le fond, même si la forme est passionnée. Puis, soudainement, une phrase claire fait irruption :

« Le fait de penser sur le long-terme n'est pas "radical". Ce qui est "radical", c'est de (...) condamner à mort des millions par le changement climatique » (1).

Certes, elle n'a pas utilisé le mot "génocide"... Elle en a juste donné une définition d'autant plus claire qu'elle est concise. En 2013, les gens qui n'acceptent pas que la situation telle que décrite ci-dessus constitue un génocide ne sont pas le moins du monde "bête". Au contraire, ils utilisent leur intelligence pour réussir le tour de force qui consiste à ne pas voir l'évidence.

On est en droit de penser qu'ils n'auraient pas la même réaction si les études scientifiques montraient que ce sont eux et les leurs qui se retrouveront dans les charniers par la faute du mode de vie choisi par les Africains.

Pierre-Emmanuel Neurohr

(1) Anjali Appadurai, Democracy Now!, 5.12.12.


Nota bene : comme toujours, pensez à faire suivre ces informations à vos contacts, et à leur dire qu'ils peuvent s'abonner à La Lettre de la Résistance via le site : www.parti-de-la-resistance.fr

 

2951403449_1f7aa58d5c.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by gorgerouge - dans sources documentaires
commenter cet article

commentaires

joly 06/02/2013 12:49

bcp d approximations ds cet article!
§1, 'un champ transforme en beton par la secheresse': le rechauffement climatique n est pas cense provoquer de la secheresse, mais de la chaleur (confusion chaud-froid/sec-humide);
§2, 'mise a mort d une autre population': un peu simpliste, l opposition pays riches pays pauvres, les pollueurs preparent autant leur propre mort que la mort d 'autres';
§3, 'mode de vie choisi par les africains': c est meprisant; l auteur croit il que les africains vivent dans des cabanes en bois? non, ils ont des voitures, des aeroports, etc, et sont juste en
retard de developpement, pas forcement par choix, et aspirent tous a avoir une bagnole et tout le confort moderne et occidental; la croissance des pays africains est tres superieure a la notre et l
afrique sera bientot un eldorado economique;
l article manque de credibilite!

gorgerouge 10/02/2013 10:02



bcp d approximations ds cet article!§1, 'un champ transforme en beton par la secheresse': le rechauffement climatique n est pas cense
provoquer de la secheresse, mais de la chaleur (confusion chaud-froid/sec-humide);


 


Ce n'est pas uniquement pas la sécheresse que les champs sont transformés en béton, mais ils le sont réellement :
sans le labour et les intrants chimiques ces sols sont stériles, c'est ce que démontre le couple Lydia et Claude Bourguignon . Or labour et intrants sont tous deux de forts consommateurs
en pétrole ! Ce pétrole qui va nous échapper, qui est cause de conflits armés, qui crée le réchauffement climatique, la hausse du niveau des océans, et la destruction de la biodiversité.


§2, 'mise a mort d une autre population': un peu
simpliste, l opposition pays riches pays pauvres, les pollueurs preparent autant leur propre mort que la mort d'autres';


 


Le réchauffement tue : partout, par l'augmentation de la fréquence et de l'intensité des cataclysmes climatiques,
voir l'explosion des dépenses des  compagnies d'assurances liées aux catastrophes naturelles. Les pays pauvres sont les premiers touchés, Pierre-Emmanuel le montre bien avec sont exemple de
rizières au Viètnam dans sonn articel dans La Décroissance de décembre-janvier derniers : ce seront leurs plaines les premières à être inondées par la montée des eaux. Mais à terme tout le monde
sera touché : par les réfugiés cilmatiques, par l'effonfrement de notre monde tout pétrole d'ici quelques années : 1 à 3 ans, 7 ans tout au plus (2020). Voir par ailleurs sur ce blog, annexe 2.


§3, 'mode de vie choisi par les africains': c est
meprisant; l auteur croit il que les africains vivent dans des cabanes en bois? non, ils ont des voitures, des aeroports, etc, et sont juste en retard de developpement, pas forcement par choix,
et aspirent tous a avoir une bagnole et tout le confort moderne et occidental; la croissance des pays africains est tres superieure a la notre et l afrique sera bientot un eldorado
economique;l article manque de credibilite!


 


Toute généralisation est source d'erreur : "les africains", même majoritaires, ne veulent pas tous de ce
modernisme. Voir par exemple Kemi Seba . Voir le film "La pirogue". Lors du débat à Evreux mardi dernier 5
février, un témoignage d'un sénégalais nous apprenait qu'un fort mouvement de prise de conscience du piège du miracle occidental était en train de naître en Afrique. Et sans compter bien sûr
toutes les impositions de ce modèle progressisite et tous les mouvements de résistance à cette imposition, partout dans le monde. Voir par exemple François Jarrige "Face au monstre mécanique" et
de nombreux articles dans La Décroissance sur ce sujet. Mais moins dans Le Figaro ni dans Le Monde… Comment "aspirerons-nous tous à avoir une bagnole" lorque la récession économique sera là,
suite à l'explosion du prix du baril de brut ?



Thierry de Pontcharra 04/02/2013 21:15

Très belle photo, mais le texte, toujours la même. Merci

Présentation

  • : Le blog de Gorge Rouge
  • : Essentiellement préparer l'après pétrole localement, fruit d'une quête tous azimuts pour comprendre ce monde de fous.
  • Contact

Profil

  • gorgerouge
  • Voir http://gorgerouge.over-blog.com/article-a-la-recherche-de-l-evidence-14-janvier-2011-65012602.html