Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 16:35

4602185668_efdb914c13.jpg

 

40

 

Le fait d'avoir des carburants liquides à bon marché nous a permis de concevoir un système d'approvisionnement en nourriture  dans lequel d'énormes quantités d'énergie sont employées à déplacer de la nourriture et d'autres biens à notre guise, comme une fin en soi. Comme le dit Herman Daly : "Il serait sans doute plus efficace d'échanger des recettes." p.76

 

 

41

 

Fareed Zakariah a récemment écrit dans le New York Times : "On ne saurait mettre ces forces (de mondialisation économique) hors circuit si ce n'est à grands frais pour notre bien-être économique. Au cours du dernier siècle, les pays qui ont essayé de préserver leurs systèmes, leurs emplois, leur culture ou leurs traditions en empêchant le reste du monde d'y pénétrer ont stagné. Ceux qui se sont ouverts au monde ont prospéré." Si bien des choses prêtent le flanc à la contestation dans cette affirmation, sa faiblesse principale tient à ce qu'elle dépend des carburants liquides à bon marché. p.76

 

 

42

 

Une dépendance complète à l'égard du transport routier et une distribution centralisée sont le talon d'Achille de la mondialisation économique. p.76

 

 

43

 

David Stahan, auteur de The Last Oil Shock : "Même si nous consacrions toutes nos terres arables à la production de biocarburant, nous n'arriverions à produire que le quart de notre consommation actuelle de carburant. Nous pourrions tous mourir de faim dans un embouteillage."

 

 

44

 

Le point faible de l'hydrogène est qu'il n'est pas une source d'énergie, mais un vecteur d'énergie. Afin d'obtenir de l'hydrogène pur, il faut faire passer de l'électricité à travers de l'eau. Le problème survient dès qu'il s'agit de produire cette électricité. David Strahan a estimé que rien que pour faire marcher les automobiles du Royaume-Uni à l'hydrogène, il faudrait 67 centrales nucléaires. p.77

 

 

45

 

En 2004, le Royaume-Uni a importé 10,2 millions de kilos de lait et de crème de France et y en avons exporté 9,9 millions. Les statistiques pour ce même commerce avec l'Allemagne étaient respectivement de 15,5 et de 17,2 millions de kilos. L’Allemagne nous a envoyé 1,5 million de kilos de pommes de terre et nous lui en avons envoyé - oui - 1,5 million de kilos de pommes de terre. Sur les marchés internationaux, alors que nous importions 44 000 tonnes de coupes de poulet désossés, nous avons exporté 51 000 tonnes de poulet désossé frais. (Andrew Simms et al., The UK Interdependance Report, New Economics Foundation, 2006.) p.77

 

 

46

 

Deux transitions sont à l'œuvre dans le monde : celle qui est le sujet de ce livre et une autre beaucoup plus vaste, plus puissante, qui est en train de rapidement démanteler le peu de résilience qui reste sous les dehors de la mondialisation et de la croissance économique. p.78

 

 

47

 

De nombreux pays qui avaient précédemment déclaré posséder d'énormes réserves de charbon sont en train de revoir très fortement leurs réserves à la baisse. www.energywatchgroup.org/files/coalreport.pdf . Il n'empêche qu'il y en a probablement encore assez pour endommager irrésistiblement le climat. p.79

 

 

48

 

Le pic pétrolier est une situation horriblement difficile. C'est aussi une occasion de faire beaucoup mieux. Ne gaspillons pas ce moment. (Albert Bates, The Post-Petroleum Survival Guide and Cookbook, New Society Publishers, 2006) p.82

 

 

49

 

De façon générale, les gouvernements n'ouvrent pas la voie, ils réagissent. Ils sont réactifs, et non pas proactifs. Il est essentiel de se souvenir que plusieurs des décisions qu'ils devront inévitablement prendre parce qu'elles préparent à la descente énergétique sont perçues comme étant à toutes fins pratiques inconcevables d'un point de vue électoral. p.82

 

 

50

 

Les communautés pourraient établir l'ordre du jour, en disant au gouvernement : "Voici notre plan : il s'attaque à tous les problèmes soulevés par les changements climatiques et la sécurité énergétique et va aussi revitaliser notre économie locale et notre arrière-pays agricole, mais il va fonctionner beaucoup mieux si un rationnement carbonique est en place et si les véritables coûts des carburants fossiles sont reflétés dans les biens et services." p.82

 

 

51

 

Nous pouvons faire énormément de choses sans le gouvernement, mais nous pouvons aussi en faire considérablement plus avec lui. p.82

 

5453870722_e86bb00fb9.jpg                                                         héron pourpre


52

 

Je n'ai encore rencontré personne qui pense que des économies locales plus fortes, une démocratie locale accrue, une culture alimentaire locale renforcée et davantage d'énergie fournie localement ne seraient pas une bonne idée. Pour la plupart, nous savons tous instinctivement que nous vivons au-delà de nos moyens collectifs et nous avons une vague idée de ce qu'il nous faudrait faire. p.83

 

 

53

 

Quand vous entendez les mots « changement climatique » et « pic pétrolier », quel effet ont-ils sur vous ? Quels sont les impulsions ou les instincts qu'ils provoquent chez vous ? Si je dois deviner, et si vous êtes comme la plupart des gens à qui j'ai posé la question, ces mots font surgir des sentiments d'impuissance, de tristesse, de lassitude et l'impression d'être placé devant quelque chose d'énorme et d'effrayant sur quoi vous vous estimez incapable d'exercer une quelconque influence. Ce n'est pas de cet état d'esprit qu'il faut partir si nous voulons accomplir quelque chose. Car il ne tend pas à produire une action dynamique appliquée, et nous devons pour cela nous sentir motivés et inspirés. En bref, nous sommes sur le point d'affronter la tâche la plus importante de l'histoire, et nous y sommes on ne peut plus mal préparés. p.83, résumé de la première partie : l'ère du pétrole touche à sa fin.

 

-------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Deuxième partie : Le cœur

 

 

54

 

«Pour sauver la planète, nous n'avons pas besoin de percées technologiques miraculeuses ou d'énormes capitaux. Essentiellement, nous avons besoin d'un changement radical dans notre façon de penser et dans nos comportements.» (Ted Trainer, Renewalable Energy Cannot Sustain a Consumer Society, Springer Verlag, 2007) p.85

 

 

55

 

«Les incertitudes de notre époque ne justifient pas d'être certains du bien-fondé du désespoir. » Vandana Shiva. p.85

 

 

56

 

La question que pose cette partie du livre est la suivante : « Qu'arriverait-il si nous abordions la question de l'après pétrole et du changement climatique par l'autre bout,

en dessinant une vision de l'avenir si attrayante que les gens se sentiraient instinctivement attirés par elle ? » p.85

 

 

57

 

La réaction égoïste des adeptes de la survie individuelle au pic pétrolier (survivalists) consiste à s'accorder à soi-même ainsi qu'aux êtres chers la priorité absolue, qu'il faut organiser sa propre survie, que s'enfuir dans la nature est la réponse appropriée. La manifestation la plus courante de ce symptôme au Royaume-Uni est « écoutez, nous allons nous en tirer parce que nous avons une planque dans les Pyrénées. » p.87

 

5274880479_3bb49d433d.jpg 

 

58

 

La croyance que l'on peut exister et prospérer indépendamment des communautaires locales est un douteux « bienfait » de l'âge du pétrole bon marché. Nous devrons réapprendre à nous rencontrer et à nous saluer les uns les autres de même qu'à communiquer et à coopérer. p.88

 

 

59

 

Face au pic pétrolier, la majorité de la population n'en est qu'au stade de précontemplation. Mais cela change vite cependant. (Entrevue avec le Dr Chris Johnstone, spécialiste du traitement des dépendances) p.91

 

 

60

 

Lorsqu'ils acceptent de reconnaître qu'ils sont victimes d'une dépendance au pétrole, les gens peuvent se pencher sur la question et apprendre des stratégies pour la combattre. (Entrevue avec le Dr Chris Johnstone, spécialiste du traitement des dépendances) p.92

 

 

61

 

Si nous poursuivons la consommation intensive de carburants fossiles comme le pétrole, nous courons deux risques : un changement dangereux du climat et une famine énergétique lorsque les réserves de pétrole s'épuiseront. (Entrevue avec le Dr Chris Johnstone, spécialiste du traitement des dépendances) p.92

 

 

62

 

En offrant un espace où chacun peut exprimer à la fois ses inquiétudes et ses résistances, l'ambivalence est révélée et du même coup peut être gérée. Cela aide les gens à clarifier ce qu'ils veulent vraiment et à passer aux étapes suivantes s'ils veulent faire face aux vrais enjeux. (Entrevue avec le Dr Chris Johnstone, spécialiste du traitement des dépendances) p.93

 

 

63

 

Une des leçons que nous apprend la guérison des dépendances est qu'informer les gens ne suffit pas. La prise de conscience d'un problème n'est que la première étape du changement, le passage de l'étape de précontemplation à celle de contemplation. Les Initiatives de Transition sont attentives aux étapes du changement et aux blocages qui apparaissent chez les gens. Cela leur permet de s'intéresser aux enjeux derrière la motivation, la résistance et l'ambivalence. (Entrevue avec le Dr Chris Johnstone, spécialiste du traitement des dépendances) p.93

 

 

64

 

Dans la plupart des réunions politiques, vous verrez un orateur qui s'adresse à un auditoire relativement passif. Une approche basée sur la motivation pourrait offrir aux auditeurs le sentiment d'être écoutés en leur permettant d'exprimer leurs propres arguments pour changer. Plusieurs événements tenus par des Initiatives de Transition l'ont fait au moyen d'exercices d'écoute deux à deux. Au lancement des Initiatives de Transition, des centaines de personnes se sont retrouvées par paires, l'une parlant, l'autre écoutant. Celle qui parlait avait droit à deux minutes d'écoute pour chacune de ces trois propositions ouvertes :

-        « Quand je pense au pic pétrolier et aux changements climatiques, je crains, entre autres, que... »

-        « Ma vision positive de ce que j'aimerais voir se passer dans cette ville / ce village est... »

-        « Les actions que je peux entreprendre pour y contribuer sont... »

 

Le rôle de l'écoutant était simplement d'écouter attentivement. Les rôles changeaient après les trois phases afin que chacun puisse s'exprimer. Ce processus a duré une vingtaine de minutes et a nettement augmenté le niveau d'énergie et d'enthousiasme parmi les participants. Après l'une de ces rencontres, un participant a dit : Lorsque nous avons fait cet exercice, quelque chose s'est produit dans la salle. C'est à ce moment-là que nous sommes devenus une communauté. (Entrevue avec le Dr Chris Johnstone, spécialiste du traitement des dépendances) p.94

 

2674951110_2717b3d435.jpg

 

65

 

Les Initiatives de Transition ne s'occupent pas seulement d'informer les gens, et de faire pression. Elles incluent aussi des formations pratiques sur les savoir-faire qui serviront dans la société de l'après pétrole. Mais une formation psychologique est tout aussi cruciale pour cultiver des visions positives et trouver le moyen de surmonter nos « tueurs de rêves » intérieurs que sont la peur, le cynisme et le doute. (Entrevue avec le Dr Chris Johnstone, spécialiste du traitement des dépendances) p.94

 

 

66

 

Réussir à créer le sentiment de s'embarquer dans une aventure collective, comme le dit Chris Johnstone, pourrait bien être ici la clé. p.98

 

 

67

 

C'est une chose de faire campagne contre le changement climatique et une autre de présenter une vision irrésistible et attachante du monde de l'après carbone, qui donne aux autres l'envie d'y aller. Nous commençons à peine à explorer la puissance d'une vision positive d'un futur resplendissant qui soit frugal en énergie, riche en temps, moins stressant, plus sain et plus heureux. p.100

 

 

68

 

Quand nous commençons à travailler sur la descente énergétique, nous devrions chercher à attirer des romanciers, des poètes, des artistes et des conteurs. p.100

 

 

69

 

L'idée de raconter de nouvelles histoires a aussi été évoquée lors de la Grande libération officielle de Totnes* Ville en Transition, quand Chris Johnstone a dit : « En ce moment, Totnes a la possibilité d'innover sur le plan international. Dans 400 ans, peut-être, si l'humanité arrive à s'en tirer, on se souviendra de ce moment du début du XXIème siècle comme d'une période cruciale : la dernière décennie de l'Âge du pétrole. On racontera peut-être des histoires sur ce qui s'est passé à Totnes. Peut-être que cette soirée figurera au début de l'une de ces histoires. Si vous considérez l’avenir, il y a de lugubres potentialités, mais il y en a également d'exaltantes, et vous faites partie d'une potentialité exaltante par votre seule présence ici ce soir. » p.100-101

 

* ville anglaise où l'expérience de Transition impulsée par Rob Hopkins depuis septembre 2006 est la plus aboutie.

 

  suite ici

Partager cet article

Repost 0
Published by gorgerouge - dans braise
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gorge Rouge
  • : Essentiellement préparer l'après pétrole localement, fruit d'une quête tous azimuts pour comprendre ce monde de fous.
  • Contact

Profil

  • gorgerouge
  • Voir http://gorgerouge.over-blog.com/article-a-la-recherche-de-l-evidence-14-janvier-2011-65012602.html