Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2011 4 29 /12 /décembre /2011 16:31

131

 

Les 12 étapes de Transition :

2)      Organiser une grande libération

La « grande libération » de Totnes* a eu lieu en septembre 2006, après dix mois de débats, de projections et d'autres événements. Il s'agit d'un moment historique, le début d'un grand changement, une soirée mémorable dont les gens se souviendront comme la soirée où tout a commencé. Un équilibre délicat doit être trouvé entre un événement qui serait perçu comme trop léger par les écologistes sérieux et trop sec par les personnes qui préfèrent célébrer de façon émotionnelle.

À Totnes nous avons demandé aux gens d'échanger deux par deux sur leurs craintes au sujet du pic pétrolier et des changements climatiques ainsi que sur leurs visions d'avenir. Puis, nous les avons invités à écrire leurs visions sur des papillons et à les coller au mur. Nous les avons ensuite tous retranscrits et envoyés par courriel à tous les participants. Nous avons ainsi multiplié les occasions de rencontres et d'échanges pour tous. p.150-151

 

* ville anglaise où l'expérience de Transition impulsée par Rob Hopkins depuis septembre 2006 est la plus aboutie.

 

 

132

 

Les 12 étapes de Transition :

4)      Organiser une grande libération

Une grande libération est forcément très différente d'une présentation de sensibilisation sur le pic pétrolier. Il n'y est pas question de mauvaises nouvelles et de scénarios catastrophe, ni de la précarité de notre situation. Il s'agit plutôt d'une célébration des possibilités qui s'offrent à nous si nous agissons ensemble, avec créativité, en mobilisant notre génie collectif. C'est une célébration de l'imaginaire et de la débrouillardise de notre communauté. Celle de Totnes* a certainement généré une énorme quantité d'énergie et de sympathie qui nous propulsent depuis lors. La même chose s'est produite à Penwith et à Lewes. p.151

 

* ville anglaise où l'expérience de Transition impulsée par Rob Hopkins depuis septembre 2006 est la plus aboutie.

 

 

133

 

Les 12 étapes de Transition :

            4) Organiser une grande libération

On n'organise pas une grande libération à la légère. Une libération hésitante, mal organisée, devant peu de participants, rendra votre tâche plus difficile dans la prochaine phase. Je dirais que le bon moment serait de six mois à un an après votre première assemblée publique, mais tout dépend de votre situation. Il faudrait qu'elle soit une soirée informative, inspirante, puissante et passionnée dont on se souviendra longtemps. Ne précipitez rien. p.151

 

 

134

 

Les 12 étapes de Transition :

5)      Former des groupes de travail

Afin de démarrer un groupe alimentation, nous avons tenu un événement intitulé « Nourrir Totnes*, hier, aujourd'hui** et demain », pendant lequel des conférenciers ont abordé les divers aspects de la question. Plusieurs personnes de la communauté intéressées par l'alimentation y ont participé.

 

Trucs de Transition :

-        Un « témoin », expert dans le domaine en question, peut être invité à chaque réunion d'un groupe de travail. On lui demandera son opinion sur les débats, ce que son expérience lui a appris et ses suggestions pour de futurs « témoins ». p.151

 

* ville anglaise où l'expérience de Transition impulsée par Rob Hopkins depuis septembre 2006 est la plus aboutie.

** film de Marie-Monique Robin : Notre poison quotidien, disponible à la médiathèque d’Évreux.

 

135

 

Outil n° 7

TIRER LE MEILLEUR PARTI DES VOS ÉVÈNEMENTS PUBLICS

 

RÉFLÉCHIR ET ÉCOUTER

Généralement, juste avant un film ou une conférence puis juste après, nous invitons les gens à se tourner vers leurs voisins, à parler puis à écouter l'autre à tour de rôle pendant cinq minutes. Avant le film, le thème est « Qui êtes-vous ? Qu'est-ce qui vous amène ici ? Qu'attendez-vous de cette soirée ? » ; après, il s'agit de partager leurs réflexions sur ce qu'ils ont vu et entendu. La période du début est un excellent moyen de rendre l’événement excitant et spécial. Les gens adorent se rencontrer et sentir dès le départ qu'ils font partie d'un ensemble plus vaste et d'une dynamique en mouvement. La période qui suit la présentation aide les gens à ordonner leurs pensées avant de pouvoir poser des questions et/ou participer à un groupe de discussion. C'est aussi l'occasion de « digérer » de nouvelles informations qui peuvent déstabiliser, voire angoisser, certaines personnes. P.152

 

  6064948802_701e38122d.jpg


136

 

Outil n° 7

TIRER LE MEILLEUR PARTI DES VOS ÉVÈNEMENTS PUBLICS

 

FAIRE LA FÊTE !

Faire la fête est quelque chose que nous, austères écologistes, ne savons pas bien faire, mais c'est un élément-clé à intégrer à chaque étape de notre travail. Quand Transition Stroud a projeté The Power of Community, ils ont terminé la soirée avec de la bouffe, des boissons et de la musique. S'il n'est pas possible de clôturer chaque manifestation publique de cette manière, c'est une idée puissante à utiliser aussi souvent que possible. p.152-153

 

 

137

 

Outil n° 7

TIRER LE MEILLEUR PARTI DES VOS ÉVÈNEMENTS PUBLICS

 

CUEILLIR DES PAPILLONS

Quand les gens arrivent pour voir le film, nous leur donnons quatre papillons de couleurs différentes. N'expliquez pas tout de suite à quoi ils serviront afin de susciter une certaine curiosité :

ñ     rose pour une chose que je peux faire ;

ñ     jaune pour une chose que la ville peut faire ;

ñ     orange pour une chose que le gouvernement peut faire ;

ñ     vert pour une autre idée ou réflexion. p.153

 

 

138

 

Les 12 étapes de Transition :

6)      Utiliser des forums ouverts

Lors des journées de forums ouverts à TTT*, les idées énoncées sont aussitôt mises en ligne sur notre site. Jusqu'à maintenant, nous avons tenu des forums sur l'alimentation, l'énergie, l'habitat, le transport, l'économie, les arts, l'éducation et la psychologie du changement. Quelqu'un se charge de transcrire les notes issues des divers groupes et de les télécharger. Cette personne doit disposer d'une connexion Internet, de deux ordinateurs portables (?!), de mémoires amovibles et, idéalement, d'une caméra numérique. Une mise en lige instantanée sur un site de type wiki offre bien des avantages. Quiconque suit l'événement n'importe où dans le monde peut ajouter ses commentaires, personne n'écope à la fin de la journée de la corvée de transcrire une montagne de notes et puis beaucoup de participants aiment poursuivre la réflexion et ajoutent des commentaires à leur retour à la maison. p.158

 

* Totnes Transition Town, ville anglaise où l'expérience de Transition impulsée par Rob Hopkins depuis septembre 2006 est la plus aboutie.

 

 

139

 

Les 12 étapes de Transition :

6)      Utiliser des forums ouverts

 

Trucs de Transition :

Il y a diverses façons de maintenir élevées les énergies des participants. Offrez du thé et du café tout au long de la journée. Si un repas peut être servi sur place, vous éviterez l'éparpillement des gens et les retards éventuels. Lors d'une journée forum ouvert à Totnes*, nous avons invité un groupe de musiciens qui se produisaient plus tard en soirée à Totnes à venir jouer à l'heure du lunch. Ils ont bénéficié d'une publicité gratuite et notre groupe a reçu un influx d'énergie pour le reste de la journée. p.158

 

* ville anglaise où l'expérience de Transition impulsée par Rob Hopkins depuis septembre 2006 est la plus aboutie.

 

 

140

 

Les 12 étapes de Transition :

7)      Développer des manifestations pratiques et visibles de votre projet

Les manifestations dont il s'agit peuvent être diverses : plantations d'arbres, installation de panneaux solaires, crépis locaux, abribus en pisé ou mise à l'essai d'une monnaie locale complémentaire. C'est la livre de Totnes* qui, pour nous, a été la manifestation la plus réussie. À cette étape-ci, il importe surtout qu'elles soient non controversées et photogéniques.

Quand les gens voient les bases commencer à se construire, ils sont contaminés et veulent participer. p.158-159

 

* ville anglaise où l'expérience de Transition impulsée par Rob Hopkins depuis septembre 2006 est la plus aboutie.

 

 

141

 

Les 12 étapes de Transition :

7)      Développer des manifestations pratiques et visibles de votre projet

Le potentiel de tels projets pour bâtir des équipes fortes est un autre bénéfice à ne pas dédaigner. Un groupe qui se rencontre régulièrement pour discuter des questions d'alimentation est une chose ; sa dynamique change profondément quand ce groupe plante un verger, pique-nique ensemble et part à la fin de la journée avec le sentiment d'avoir accompli quelque chose d'important. Une Initiative de Transition où les participants ont de la corne aux mains sera beaucoup plus crédible.

            Un projet écologique remarquable au cours des années 1990 s'est dissout après quatre ans de travail productif et innovateur. L'un des membres fondateurs m'a dit : « Je crois que nous nous sommes réunis jusqu'à en mourir. » p.159-160

 

 

142

 

Les 12 étapes de Transition :

8)      Faciliter la grande requalification

Je crois que le sentiment de panique qui s'empare des gens, en particulier des jeunes hommes, quand ils comprennent les implications du pic pétrolier vient en partie de la conscience que nous avons perdu plusieurs compétences qui étaient banales pour nos grands-parents.

            Une des actions les plus utiles que peut faire une Initiative est d'offrir un éventail très accessible de formations sur de nombreuses compétences. Un peu de recherche est utile pour cerner ce que les gens savaient faire et qui serait encore utile aujourd'hui, mais il faut aussi découvrir les savoir-faire que les gens possèdent aujourd'hui et qui devraient être plus répandus. p.159-162

 

 

143

 

Les 12 étapes de Transition :

8)      Faciliter la grande requalification

Au début, votre grande requalification pourra être composée d'atelier d'un ou deux jours. Des programmes plus longs pourront se donner sur plusieurs soirées.

            Trop souvent dans notre société, les gens se sentent impuissants parce qu'ils ont perdu de nombreuses compétences manuelles. Votre programme de grande requalification donnera aux gens un aperçu de la force qui réside dans la résolution de problèmes, dans le fait d'arriver à des résultats concrets au lieu de seulement en parler et dans la collaboration avec d'autres personnes. Par dessus tout, cela doit se faire dans le plaisir ! p.162

 

4087086172_35e0eaeb63.jpg

 

144

 

Outil n° 9

ORGANISER DES RÉUNIONS PRODUCTIVES

 

TOURS DE TABLE

En début de réunion, nous faisons le tour de tout ce qui s'est passé dans le groupe de chacun depuis la dernière réunion. Chaque personne dispose de cinq à dix minutes et nous évitons de l'interrompre et d'engager une discussion sur ce qu'elle vient de dire. Chacun est également invité à commencer son intervention par « comment je me sens en ce moment » et à la terminer par ce qu'il aimerait mettre à l'ordre du jour.

            Quand nous avons commencé à nous rencontrer et que nous ne nous connaissions pas, nous devions aussi finir notre tour par une phrase comme : « le meilleur repas que j'ai mangé... », « le plus bel endroit que j'ai visité... » ou « la plus belle pièce de musique que j'ai entendue... ». Il s'agissait simplement de faire connaissance graduellement et de se détendre en présence des autres. p.160

 

 

145

 

Outil n° 9

ORGANISER DES RÉUNIONS PRODUCTIVES

 

ORDRE DU JOUR OUVERT

Nous ne préparons pas l'ordre du jour à l'avance. Nous commençons avec une grande feuille vierge sur laquelle nous écrivons les sujets et les questions qui sont proposés lors du tour de table. Une fois la liste terminée, nous classons chaque sujet sous l'une des trois catégories suivantes : « doit être discuté aujourd'hui », « vaudrait mieux en discuter aujourd'hui, mais ça pourrait attendre » ou « peut attendre à la prochaine fois ».

            Puis nous évaluons le temps dont nous disposons et allouons une durée à chaque sujet retenu en essayant de nous y tenir religieusement. Il est judicieux de classer les sujets de façon à ne pas terminer sur un sujet controversé. L'ordre du jour doit être visible par tous en tout temps. Il faut aussi vérifier que le sujet a été traité à la satisfaction de tous avant de le rayer de la liste. p.160-161

 

 

146

 

Outil n° 9

ORGANISER DES RÉUNIONS PRODUCTIVES

 

CÉLÉBRATION !

Une des meilleures façons de célébrer est de manger ensemble. Nous apportons chacun un plat et nous les partageons après la réunion. Le repas pris ensemble satisfait le besoin d'apprendre à se connaître dans un contexte différent. p.161

 

 

147

 

Les 12 étapes de Transition :

10)  Rendre hommage aux aînés

Je suis fasciné par ces anecdotes et ces histoires qui affirment candidement que tout le monde jardinait parce que c'était comme ça. Les anciens parlent du sens de la communauté qui était le leur. On découvre à quel point les gens, pendant la guerre, étaient économes et savaient ce qu'était « assez ». p.163

 

 

148

 

Les 12 étapes de Transition :

10)  Rendre hommage aux aînés

On vous dit souvent au début de l'entrevue « Je ne sais pas pourquoi vous voulez me parler parce que je n'ai rien de particulièrement intéressant à vous dire » puis on finit par vous raconter une multitudes d'anecdotes passionnantes truffées d'informations !

            L'idée d'aller voir les aînés et de demander leur contribution, dès les premières étapes du processus, est très enrichissante et stimulante. Cette démarche serait pratiquement instinctive dans plusieurs d'autres cultures, mais nous l'avons oubliée dans la nôtre. p.166

 

 

149

 

Les 12 étapes de Transition :

11)  Laisser les choses aller où elles veulent aller...

Même si vous commencez le développement de votre Initiative de Transition avec une idée bien précise de là où vous voulez aller, elle ira inévitablement ailleurs. Votre rôle est d'agir pour la communauté comme catalyseur dans la conception de sa propre transition en aidant les gens à se poser les bonnes questions plutôt que d'arriver avec les réponses. p.166

 

 

150

 

Les 12 étapes de Transition :

12)  Créer un Plan d'action de descente énergétique

À Totnes* dans le groupe habitat nous avons transformé le modèle scandinave de PasivHause d'origine pour qu'il soit réalisable avec un contenu de matériaux locaux d'au moins 80%, mais il est vite apparu qu'une telle habitation ne pourrait être construite dès maintenant. Certaines conditions préalables devaient d'abord être satisfaites : une industrie du chanvre locale, la production de chaux locale, la fabrication de crépis d'argile et, par-dessus tout, la formation d'une main d’œuvre expérimentée pour s'en servir. Un Plan d'action de descente énergétique sert justement à mettre en séquences tous ces aspects pratiques de la Transition. p.168

 

* ville anglaise où l'expérience de Transition impulsée par Rob Hopkins depuis septembre 2006 est la plus aboutie.

 

 

151

 

Les 12 étapes de Transition :

12)  Créer un Plan d'action de descente énergétique

Si vous imaginez qu'un Plan d'action de descente énergétique ressemble aux documents d'un Plan Local d'Urbanisme, détrompez-vous. Il devrait plutôt ressembler à une brochure de vacances dressant un portrait de la communauté si coloré, si séduisant et si irrésistible que tous ses lecteurs penseront qu'ils doivent absolument consacrer le reste de leur vie à sa réalisation. p.169

 

 

152

 

La Transition au Canada

par Charlotte Astier et Camille Daum-Lobko

 

L'une des considérations principales de Peterborough Ville en Transition (Canada) est de rendre le mouvement accessible à toutes les couches sociales de Peterborough. C'est pourquoi les tarifs de l'Institut de formation sont toujours accompagnés de la mention spéciale « ou payez ce que vous pouvez ». p.172

 

 

153

 

La Transition au Canada

par Charlotte Astier et Camille Daum-Lobko

 

Pour le moment, le réseau d'affaires Transition (Transition Business Network) de Peterborough au Canada regroupe environ 200 entreprises. Pour introduire une monnaie locale, il en faudrait entre 250 et 300, masse critique qui devrait être atteinte d'ici un an. Mais la monnaie locale ne pourra être un succès que si la municipalité l'accepte pour le paiement de ses services. p.173

 

 

154

 

Outil n° 12

ORGANISER UN CAFÉ-DÉBAT

 

Tout était articulé autour de l'objectif « envisager comment les collectivités peuvent prospérer après le pic et durant leur descente énergétique ». Nous l'avons découpé en quatre questions dont chacune allait faire l'objet d'une période de discussion :

ñ     le pic pétrolier est-il une crise ou une oppotunité à l'échelle locale ?

ñ     le modèle de la descente énergétique est-il pertinent pour moi et dans ma situation ?

ñ     comment devons-nous nous y prendre pour faire circuler les solutions collectives pour le pic, tant au sein des collectivités qu'entre elles ?

ñ     quels savoir-faire devons-nous acquérir, quelle éducation et quelles formations devons-nous mettre en place pour faire face au pic ?

 

Pour créer des interactions entre les gens, une cloche (ou un gong) sonne toutes les quinze minutes pour indiquer qu'il est temps de changer de table. Ainsi, en quelques heures, les participants auront eu l'occasion de faire connaissance avec pratiquement tout le monde et d'échanger des idées avec la plupart d'entre eux.

            À chaque changement, le maître de table (le seul qui ne bouge pas) relate ce qui a déjà été évoqué à sa table, puis les nouveaux arrivants partagent brièvement ce qui s'est dit autour des tables d'où ils viennent. Ainsi on réalise un brassage d'idées maximal. p.174-175

 

 

155

 

La Transition au Canada

par Charlotte Astier et Camille Daum-Lobko

 

Comme l'énonce le fameux précepte de permaculture : « Il n'y a pas de problème, il n'y a que des solutions ». p.177

 

 

156

 

La Transition au Canada

par Charlotte Astier et Camille Daum-Lobko

 

L'une des difficultés principales est de faire passer la population d'un soutien enthousiaste à l'action menant à des changements tangibles. Beaucoup sont disposés à participer, mais très peu sont près à se porter responsables d'un groupe de travail ou d'un comité autonome. p.177-178

(chaque groupe de travail gagnera à être porté par 4 ou 5 co-responsables compétents et motivés)

 

 

157

 

La Transition au Canada

par Charlotte Astier et Camille Daum-Lobko

 

1 à 2% de la population de Peterborough au Canada s'est impliquée d'une façon ou d'une autre dans l’Initiative de Transition. Mais on peut s'attendre à beaucoup plus de participation active dès qu'apparaîtront à nouveau des signes du pic pétrolier. p.178

 

 

158

 

La Transition au Canada

par Charlotte Astier et Camille Daum-Lobko

 

Les classes sociales défavorisées montrent un certain désintérêt ; pourtant elles pourraient gagner en qualité de vie dans un processus de Transition. Pour répondre aux préoccupations des classes défavorisées, la Transition doit mettre davantage l'accent sur la dimension sociale de la relocalisation. Des outils restent encore à développer afin de résoudre certains problèmes sociaux comme la pauvreté, la chômage, le décrochage scolaire etc. p.178

 

 

159

 

La Transition au Canada

par Charlotte Astier et Camille Daum-Lobko

 

Il existe des modèles de transformation sociale et économique, fondés sur un regroupement égalitaire et démocratique d'associations à but non lucratif et de coopératives de travail dont les bénéfices communs sont redistribués au bénéfice du développement de la communauté. Une telle alliance permet un enrichissement mutuel. p.178

 

5653375597_872e62b881.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by gorgerouge - dans braise
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gorge Rouge
  • : Essentiellement préparer l'après pétrole localement, fruit d'une quête tous azimuts pour comprendre ce monde de fous.
  • Contact

Profil

  • gorgerouge
  • Voir http://gorgerouge.over-blog.com/article-a-la-recherche-de-l-evidence-14-janvier-2011-65012602.html