Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 06:35
 Merci de bien vouloir faire suivre cette information à qui bon vous semble.
Deux autres lieux de parole partagée existent à Evreux à ma connaissance :
- au Gambetta en face de la gare, café philo tous les dimanche de 10h à 12h ;
- au Petit bruit de l'Oeuf dur, rue du Meilet, repère des amis de Là-bas si j'y suis le deuxième jeudi du mois à partir de 19h30.
Règles du café philo "perso" ci-dessous, utilisées au Régent à l'époque entre 1997 et 2003 et encore aujourd'hui à Bernay. 
 

        Sixième séance de café palabres à Evreux me. 18 juin 2014.

19h à l'@ Déli's Café

  (chaque 3ème mercredi du mois désormais en alternance au Kilucru à l'@ Déli's Café,

adresses plus bas)

 

 

Sixième (et dernière ?)  séance, un peu seul pendant la première heure mais avec Zineb qui m'a rejoint nous avons fini la soirée chez Fanfan au Dellys (Fanfan c'est un peu la Jeanne d'Evreux) et avec Antoinette et André  découverts ce soir-là nous avons passé une soirée géante, dont une boutanche de Champagne offerte par Antoinette.

 

Cinquième séance, 21 mai au Kilucru, 6 personnes, peut-on se passer de télé et de radio ? Qui sommes-nous ? Nous avons découvert le jovialisme. Discussions enflammées !

 

Quatrième séance, 16 avril chez Chriss, 5 personnes, la soirée est passée bien vite, on a décidé de continuer ! 

 

La  troisième séance, mercredi 19 mars au Kilucru, 6 personnes, l'ego, encore l'ego et plein d'autres sujets, en grand groupe toute la soirée terminée à 21h10 puis 22h30 pour les prolongations. Le respect est un thème à aborder ultérieurement, de même que le don, la parole, l'intelligence collective...

 

La seconde séance, mercredi 19 février chez Chriss, a réuni 12 personnes. Après une disposition par binômes qui a duré 45 minutes suivies d'un tour de parole en grand groupe, nous avons terminé à 6 par 40 minutes autour du thème : l'importance de l'ego.

 

La première séance, mercredi  janvier au Kilucru, avait réuni 14 personnes. Placés en binômes afin que chacun et chacune puisse parler, puis tantôt en ½ groupe, tantôt en grand groupe, les participants en sont sortis enthousiastes.

 

La grande majorité des participants étaient venus sur l’idée du café palabres, en curieux. Le thème de cette première séance : « le partage de la parole et donc du  pouvoir », peu mis en avant, avait échappé à la plupart.

 

Les thèmes des séances suivantes, les 3èmes mercredis de chaque mois, lieu vagabond, seront proposés et décidés sur place, en commun, par vote à main levée comme cela se fait souvent à Paris. La forme de partage et de circulation de la parole par binômes, fort appréciée, sera reprise.

 

En ces temps où tout le monde court, où la télévision nous coupe des autres, où les occasions de se parler en profondeur sont rares et où les bars sont de moins en moins fréquentés, les Brèves de comptoir auraient-elles fait fuir le client ?!, l’idée d’ouvrir un lieu de parole afin d’y faire revivre les palabres africaines, un lieu d’échanges ouvert à tous, ne pourra que satisfaire les amateurs de convivialité.

 

Pourquoi café palabres ? Les palabres sont une tradition millénaire africaine où les gens s’écoutent quotidiennement dans une ambiance détendue. Ils ont le temps. Et cette régulation du groupe par la parole a marqué de tout temps et en tout lieu et marque encore aujourd’hui l’organisation des sociétés archaïques dont le mode de vie a perduré depuis que l’homme est homme, depuis 200 000 ans.

 

Occasion d’éducation populaire, cet espace de rencontre se veut avant tout un lieu d’attention aux autres où la parole sera partagée plus que monopolisée.

 

L’animateur n’en est pas à sa première expérience : en 1997 sur une idée de Michèle RIVE (actuelle conseillère municipale d’Evreux) il avait déjà ouvert un « café philosophique » sur la place de la mairie d’Evreux,  au bar Le Régent – qui n’existe plus, puis a ouvert 5 ans après un autre « café philo » devenu « café débat » à Bernay.

 

« C’est le grand paradoxe des espaces de parole où l’on apprend plus à écouter qu’à parler et où l’on apprend plus la concision que le développement rhétorique.

Retarder ses réflexes d’intervention et être bref, apprendre à ‘‘ne pas s’écouter parler’’ comme dit l’expression : c’est surtout sur ces deux points que j’en ai gagné en 16 ans d’expérience de café philo.»

 

Contacts :

@ Déli's Café - 22 rue de l'Horloge, 27000 EVREUX - 06 52 42 97 78

et au Kilucru - 5bis, rue Franklin Roosevelt, 27000 EVREUX – 02 76 55 55 89 

(Chez Chriss - 28 rue Frankiln Roosevelt, 27000 EVREUX - 06 13 87 80 51)

 

 3562453343_3e52333baa.jpg 

-------------------------------------------------------------------------------------_

 

Café débat : règles de fonctionnement - juillet 2003

 

- ne pas se couper la parole, autrement dit retarder ses réflexes d’intervention ;

-    les interventions doivent être concises ;

-  parler fort en s’adressant à  la personne la plus éloignée de nous, même si l’on répond à une intervention de son voisin ;

-     éviter les apartés avec son voisin ou sa voisine ;

-      chacun peut intervenir autant que l’animateur pour réguler les débats ;

 

-     en principe le rôle de l’animateur s’arrête là, c’est-à-dire après avoir présenté les règles de fonctionnement ;

 

-  à ceux qui objectent qu’un débat sans animateur risque de verser dans     l’anarchie, il faut leur rappeler  l’adage de Proudhon : « la plus haute perfection de la société réside dans l’union de l’ordre et de l’anarchie » ;

-         à ceux (et celles) qui ne peuvent pas se passer des apartés, on peut leur dire que si on accepte les discussions par petits groupes de 2 ou 3 personnes nous ne formons plus un groupe mais plusieurs groupes, ça devient le ‘café du commerce’, ça n’est plus un café philosophique.

-         On peut leur dire aussi qu’il existe deux types de débats : les débats ordonnés et les débats désordonnés. Il s’agit de savoir de quel type de débat on veut.

-         On peut leur dire encore que les apartés ont été interdits d’autorité durant toute notre scolarité (et nous avons lutté contre cet interdit autoritaire en l’enfreignant, c’est-à-dire en chuchotant), alors qu’il s’agit ici de se gérer soi-même : si j’ai quelque chose à dire d’intéressant, ça doit l’être pour le groupe, pas seulement pour mon voisin. Et si je ne peux pas le dire à la seconde près parce que quelqu’un parle déjà, je dois accepter de retarder mon réflexe d’intervention.

-         Enfin, si ce que j’entends me hérisse le poil, il faut que je sache que c’est dans ce cas précis que ma tentation sera la plus grande de couper la parole, et que ce sera là le plus difficile pour retarder mon réflexe d’intervention. Mais aussi que ce sera là qu’il me faudra intervenir pour empêcher quiconque de couper la parole sous prétexte de désaccord indépassable du genre : « je ne peux pas laisser dire ça ! » Si, on peut laisser dire même n’importe quoi et y répondre, plus tard.

 

Pour joindre l’animateur : 06 30 04 73 44

Partager cet article

Repost 0
Published by gorgerouge - dans palabres
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gorge Rouge
  • : Essentiellement préparer l'après pétrole localement, fruit d'une quête tous azimuts pour comprendre ce monde de fous.
  • Contact

Profil

  • gorgerouge
  • Voir http://gorgerouge.over-blog.com/article-a-la-recherche-de-l-evidence-14-janvier-2011-65012602.html