Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 08:28

Merci pour vos réactions à cet article inhabituel pour moi.

 

------------------------------------------------

 

Que se cache-t-il derrière les "islamistes radicaux" ?

 

Le terrorisme se développe sur le terreau de la misère.

C'est le premier message que j'ai intégré à la lecture du Monde Diplomatique.

 

 

Osons un parallèle : avec le nazisme.

 

Tout historien sait que sans la défaite humiliante des Prussiens, dans les années 1870, la première guerre mondiale n'aurait pas eu lieu, et chaque historien sait aussi que sans l'humiliation faite aux allemends suite à leur défaite lors de cette première guerre mondiale, ressentie au cours de la République de Weimar, la seconde guerre mondiale n'aurait pas eu lieu non plus.

 

Alice Miller a aussi conforté ce point de vue dans ses analyses éducatives, notamment dans "C'est pour ton bien – Origines de la violence dans l'éducation de l'enfant", récemment réactualisé dans les ouvrages d'Olivier Maurel dont "Oui, la nature humaine est bonne".

 

4839488879_d3f042a074.jpg

 

Lors de la guerre du Golfe en janvier 1991 j'avais eu l'honneur d'être sélectionné dans le courrier des lecteurs de télérama pour avoir rappelé cet adage de Tagore :

"Faites en sorte que les vaincus soient fiers de vous avoir pour vainqueur".


On en est loin, c'est peu de le dire : nous en sommes aux antipodes, à tel point que le terrorisme n'est jamais qu'un choc en retour (merci Diminique Zimbaca pour avoir insisté sur cette notion lors des nombreuses séances de café philo à Bernay) de nos propres agissements de colonialistes.

 

Raymont Aubrac avait dit dans le poste que la grande erreur du Conseil National de la Résistance avait été de ne pas avoir aboli le colonialisme.

 

 

Question : comment aurait évolué le  nazisme si le débarquement ne l'avait pas débarqué ? Comment à long terme un monde pacifique aurait-il pu émerger ?

 

Question : existait-il un autre moyen de sortir du nazisme que la force ?

 

Voir Bruno Betthelleim, texte suivant.

 

Question : peut-on faire un parallèle avec l'Edit de Nantes ?

 

Les islamistes radicaux, donc.

 

Claude Angeli fait un super article dans Le Canard Enchaîné du 4 juillet 2012 en page 3, et il conclut ainsi : "un partenaire (les saoudiens) capable de fournir le nerf de la guerre à des groupes terroristes".

 

Patatras ! J'y ai vu le sous-entendu suivant : les terroristes sont terroristes par nature, il suffit qu'ils trouvent un prétexte pour exprimer leur terreur. Or c'est justement le contraire ! C'est la cause, nos exploitations des ressources minières et fossiles dans les sous-sols du Tiers-Monde qui, par les guerres qu'elles justifient, provoquent la misère et la mort chez eux, et qui in fine permettent de donner un côté revenchard, belliqueux, à un Islam qui pourrait  être (et qui est le plus souvent) tout autant pacifique si les conditions le leur permettaient. Mais ont-ils toujours le choix ? Quand ils crient au secours, qui les entend ? La violence n'est-elle pas leur dernière et ultime  manière d'exprimer leur opposition totale mais jamais entendue par nous occidentaux à notre colonialisme ?

 

C'est du Guy Gilbert en mode géopolitique.

 

Y a-t-il encore un moyen pour tenter une remise à plat des tenants et aboutissants de ce "différend" ?

 

6159286917_7f1740796f.jpg


Adossé à une généralisation des territoires en transition qui devra être rapide, est-il encore temps pour nous occidentaux d'adopter un discours qui viserait à désamorcer les actions revanchardes des "terroristes", non pas en continuant à tenter de les contraindre de baisser la garde, mais en reconnaissant notre responsabilité directe dans leur malheur et dans leurs attitudes belliqueuses légitimes ? Ce serait plus efficace, moins peine perdue.

 

Peut-être est-il trop tard mais c'est comme lutter contre le réchauffement climatique : que ce soit trop tard ou non nous n'avons pas le choix, nous ne pouvons que tenter d'agir, enfin, pour le meilleur, et mettre fin à nos comportements et à notre niveau de vie qui préparent le pire.

 

Nous avons tout dans les mains pour faire advenir ce monde meilleur : les éco-systèmes prospères, la permaculture, les villes en transition. Personne ou presque encore ne connaît ces pistes prometteuses, il faut juste faire vite, communiquer malgré les médias dominants, ou avec les médias dominants au fur et à mesure que, même nos "décideurs" prendront toute la mesure de l'enjeu et retourneront leur veste, dans le bon sens.

 

"Il faut arrêter de nous culpabiliser" entendons-nous dire de toute part.

Tant que nous ne reconnaîtrons pas notre implication dans ce monde inique, tant que nous ne reconnaîtrons pas le sang sur nos mains, nous nierons.

Et tant que nous nierons, nous continuerons à collaborer à ce système despotique, colonialiste.

 

Nous sommes coupables, reconnaissons-le, et arrêtons nos conneries.

TINA. There Is No Alternative.

Il n'y a pas d'alternative.

 

Apparemment aussi naturels et inévitables que l'air que nous respirons ou que la gravité, d'autres  paramètres nous caractérisent, nous occidentaux de l'an 2012 :

l'accès aux énergies fossiles, le colonialisme, l'argent pour lequel nous n'avons toujours pas compris qu'il ne se mangeait pas, le tourisme international, l'économie mondialisée et la production industrielle. La liste n'est pas exhaustive.

 

Il est tant de redescendre de notre perchoir.


Partager cet article

Repost 0
Published by gorgerouge - dans astre
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gorge Rouge
  • : Essentiellement préparer l'après pétrole localement, fruit d'une quête tous azimuts pour comprendre ce monde de fous.
  • Contact

Profil

  • gorgerouge
  • Voir http://gorgerouge.over-blog.com/article-a-la-recherche-de-l-evidence-14-janvier-2011-65012602.html