Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 10:02

Suite à mon séjour de quatre jours en juillet 2010 à Longo maï à Limans, il m'apparaît utile de faire un bref compte-rendu, afin notamment de garder un contact constructif.

 

4899047904_d19b484239.jpg 

 

À la question fréquente : « pourquoi Longo maï refuse d'être considéré comme un écovillage et refuse d'apparaître sur la liste des éco-lieux en France ? » (ou plus exactement ils réclament d'être rayés de cette liste, ce qu'ils attendent toujours !), la réponse, de mon point de vue, réside :

 

- d'une part, dans le fait même que je n'ai pas eu le temps d'aborder cette question avec les pionnières et les pionniers de Longo maï au bout de quatre jours sur place. Je n'étais pas venu pour ça. J'étais venu, comme je l'ai dit lors de la réunion du lundi 12 juillet, pour découvrir la manière de partager le pouvoir et la parole à Longo. Le fait est que j'aurais immanquablement posé cette question (éco-lieu ou pas ?) si l'heure de la fraternité était arrivée. Or, non. Lorsqu'on n'est pas en phase avec les anciens de LM, on n'en discute pas : on doit en revanche quitter la place. En ce sens LM n'est pas, effectivement, à mes yeux, un éco-lieu ouvert.

 

Pour autant, les différentes tâches et travaux que j'y ai assurés, bottes de foin et de paille notamment pour les plus durs physiquement, se sont effectués dans une ambiance de colonie des vacances pour adultes, ce qui m'a comblé de joie. Je remercie ici particulièrement Micki's et Camilo.

 

Pour moi le pur bonheur c'est celui-là : la convivialité au travail. Ici les outils sont nos mains, nos jambes, le tracteur et sa remorque, et en cours de route est apparue la technique du « 2 - 3 » en balancé pour jeter à deux les bottes tout en haut de la remorque. René était le champion des partenaires pour le 2 – 3, et c'est avec lui qu'est né ce slogan : « Longo maï, Finger in der Naze ! »

 

L'objectif est, pour ce qui me concerne : comment répandre rapidement, et à l'internationale, de telles pratiques productives conviviales ? Et finalement, comment passer d'une société des consommateurs aliénés à une société de producteurs libres ? Sur ce point, Longo maï m'accueillera les bras ouverts, j'en ai la certitude.

 

 

D'autre part, le travail à l'internationale et le côté historique de Longo maï m'apparaissaient dès le début comme susceptibles de démarquer les Longos des éco-villages. Je peux aujourd'hui confirmer. La description de leurs actions, à travers le livre de Trixie : « Longo maï, révolte et utopie après 68 », 18 € port inclus, disponible auprès de l'auteure à Limans - 04300, m'a passionné de bout en bout, et je me suis retrouvé à maintes reprises dans mes convictions, notamment dans celle-ci page 39 : « En fait, c'est tout simple : on regarde autour de soi quelles sont les ressources locales d'une région, ce que les gens cultivaient et transformaient autrefois, et avec quelles autres régions se pratiquait l'échange complémentaire des produits. On ajoute une pincée de technologie moderne et adaptée. C'est ainsi que l'on peut  résumer le concept qui est à la base de Longo maï et applicable à n'importe quel pays. » Je précise juste que cette technologie moderne et adaptée est une technologie sans énergie fossile et à taille humaine : petit éolien par exemple.

 

288014363_83431c2599.jpg

 

 

Longo est abonné à Passerelle-éco.

 

Mon compte-rendu de visite chez Michel Rosell ensuite ne sera pas si long : je me contenterai de livrer quelques sites Internet.

 

http://lagouttedeaudepluie.sib.org

http://tsunami.ecolosocial.free.fr

http://energiestro.com/fr

www.hypnow.fr

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Gorge Rouge - dans arc-en-ciel
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gorge Rouge
  • : Essentiellement préparer l'après pétrole localement, fruit d'une quête tous azimuts pour comprendre ce monde de fous.
  • Contact

Profil

  • gorgerouge
  • Voir http://gorgerouge.over-blog.com/article-a-la-recherche-de-l-evidence-14-janvier-2011-65012602.html