Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 16:33

La conférence du vendredi 8 mars en mairie d'Evreux a réuni 27 personnes, ce qui représente une douzaine de nouvelles personnes qui ont potentiellement rejoint « Evreux ville en transition, Eure département en transition - EVT EDT».

 

Nous avons montré une interview de Rob Hopkins en ouverture pour deux raisons : d'une part nous ne sommes pas les seuls à avoir de tels projets, alors qu'on n'entend presque jamais parler des territoires en transition dans les grands médias. D'autre part parce que Rob Hopkins commence par nous rassurer. S'il ne commençait pas par les solutions, pour y revenir à la fin, notre angoisse serait telle que nous fuirions. C'est d'ailleurs ce que font la plupart des gens, inhibés et angoissés face à l'avenir car ils n'y voient que chaos et impissance à agir. « Pas nous pas nous » !

 

affiche 8 mars 3

 

La première vraie grande question à se poser est : pourquoi les médias dominants mentent-ils sur l'après pétrole ? Lorsqu'on évoque l'après pétrole avec le citoyen Lambda, les réponses habituelles sont : « Claude Alègre », ou bien « j'ai entendu dire qu'ils ont trouvé des réserves sous les glaces, nous en avons encore pour 50 ans », ou encore « jusqu'à 2050 ». Pourquoi de tels mensonges quand d'autres experts (Benoît Thévard, Matthieu Auzaneau, Jean-Marc Jancovici, ou encore un ancien expert de la prospection de chez Exxon l'été dernier dans le journal La Décroissance) annoncent des estimations sur la décrue de la production mondiale du pétrole au plus tard en 2020, et plus probablement entre 2013 et 2015 ? Il existe une réponse à ce déni, fort simple : sans solution de sursaut, déclarer que la manne pétrolière va se tarir affolerait les marchés et précipiterait la récession mondiale. Comme les patrons de presse sont aussi patrons d'autres grandes entreprises côtées en bourse, parfois même des marchands d'armes et d'avions de guerre, on comprend que le journaliste d'un grand média ne peut pas annoncer la fin imminente du pétrole ! Oserez-vous et pourrez-vous le faire vous-même d'ailleurs, sans être censuré ?

 

De plus ce n'est pas la fin du pétrole qui compte, c'est le pic. Dire qu'il n'y aura plus de pétrole en 2050, c'est donner à notre cerveau archaïque l'image selon laquelle rien ne changera jusque là, et le 1er janvier 2050, rideau, plus rien. Merci Benoît Thévard pour ce décryptage. Et d'ici 2050, que se sera-t-il passé ? Ils auront développé les énergies renouvelables !

 

Ce mensonge est tellement dans toutes les têtes que probablement certains journalistes croient à ce qu'ils disent et répètent. Or c'est un double mensonge : le pétrole, le gaz de shistes et l'ensemble des énergies fossiles facilement disponibles et extractibles vont manquer, commencent déjà à manquer, la transition énergétique vers les énergies renouvelables va connaître une crise de temps. Changer le parc automobile mondial, par exemple, prendrait plusieurs décennies que nous n'avons pas.

 

 

Second mensonge, plus gros : les énergies renouvelables ne seront jamais au rendez-vous en termes de puissance énergétique. Eolien et solaire représentent à eux deux moins de 1 % de l'énergie consommée par l'humanité en 2013. Même avec un effort de développement sans précédant, qui existe parfois mais trop rarement comme à Mondidier en Picardie par exemple, les énergies renouvelables ne seront au rendez-vous qu'à hauteur de 20 % de la puissance énergétique fossile. Les territoires en transition, démarches citoyennes, se préoccupent des 80 % qui nous manqueront. Bien davantage que 80% si l'on y ajoute le facteur crise de temps.

 

Avant de finir, le réchauffement climatique : les échéances à 2100 (basculement climatique, montée des eaux, désertification, perte de biodiversité...) sont apocalyptiques. Il nous faut donc stopper nos consommations d'énergies fossiles dès maintenant, sans attendre leur épuisement. Et donc changer nos consommations et nos productions : changer de métiers, changer de mode de vie. C'est possible, c'est même en cours mais ça ne se fait pas tout seul. L'homme ne s'est jamais adapté tout seul ni sans rien faire: il a dû s'organiser pour y parvenir. Or aujoud'hui nous sommes déresponsabilisés, inhibés. Nous attendons.

 

À ce propos le plus important reste à dire. Nos élites de qui nous attendons tout ont été formées à construire et à faire fonctionner notre société moderne fondée sur la croissance économique. Elles n'ont pas été formées à la déconstruire. Or avec la tarissement du pétrole, notre société est au début de son effondrement. Voir Jancovici par exemple. D'où leur hostilité viscérale à des gros mots tels que décroissance, d'où leur méconnaissance totale vis-à-vis des territoires en transition. Autrement dit, attendre que l'après pétrole s'organise de manière heureuse en comptant sur les décideurs est une erreur qu'il nous faut stopper rapidement : nous devons nous prendre en charge collectivement pour imaginer et mettre en place concrètement, dans les faits, la société de demain, et anticiper l'exode urbain. Avec ou sans nos élus. Même si avec, ce serait mieux.

 

Il n'y a pas de problèmes : il n'y a que des solutions. L'épuisement du pétrole accélére la chute du PIB mondial et a déjà sonné le glas de notre mode de vie à l'occidentale. Il est plus que temps de relancer les productions locales partout et dans tous les domaines pour continuer à bien vivre ; ça ne viendra pas d'en haut.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by gorgerouge - dans AET
commenter cet article

commentaires

franck 12/03/2013 16:49

l'orientation n'est pas un problème car elle sera sûrement réajustable au fil du temps, des rencontres et des évènements!
Ce qui compte est une direction sincère et sans arrière pensée. Nous connaissons tous au fond de nous le chemin à suivre, sûrement pas celui que suit le monde actuel...
La peur d'agir est normale mais la non-action est destructrice de toute bonne volonté!
La société actuelle a réussi à démotiver, à rendre insensibles les gens sur les problèmes cruciaux, à leur créer un monde virtuel. Ils s'y sentent mal mais ils ne veulent pas en changer...
A nous de proposer de nouvelles alternatives, un nouveau paradigme qui donne envie aux gens de se battre pour un nouvel idéal.
En attendant, nous devons inventer des moyens pour faire bouger les gens sans ce grand idéal car ils n'y sont pas prêts.
Pas encore prêts à abandonner ce monde tel qu'il est! (même s'il s'écroule)
Nous sommes partagés entre leur dire cette vérité qui les réveillerait mais qui annulerait en même temps toutes motivations par l'abandon de leurs repères...
Je suis persuadé qu'il faut profité de cet état de fait, car les repères des gens disparaissent! A nous de créer de nouveaux repères pour eux ou de réactiver ceux du passé!
Beaucoup d'entre nous attendait une faille dans le système: La voilà!
Allons nous profiter de cette opportunité?

Thierry de Pontcharra 12/03/2013 14:20

Toute cette possible evolution n est pas uniquement une question de structures, mais aussi de "masses", et tout le probléme consiste a equilibrer précisémment les masses et les structures, ce n est
pas une mince affaire et pour le moment sur aucun plan, nous ne sommes en mesure de decouvrir et non pas d' inventer la juste ordonnance qui pourrait éventuellement nous permettre d avancer avec un
sens orienté simultanémment de la mesure et de la démesure..c est tout le challenge de cette modernité qui ne trouve plus ses repéres devenus caducs..

Gaïa 11/03/2013 10:29

oui c'est à nous de créer les hommes qui anticiperont les évolutions du système! Personne anticipe rien, ils parlent de nous comme des rêveurs alors que ce sont eux qui vont devoir sortir de leur
putain de rêve! pas besoin de croissance mais simplement des structures qui pourraient résister! tu te doute du mal que j'ai à développer mon site mais dans l'auxois il existe et regroupe + de 200
communes! La biovallée de la Drome fonctionne aussi, la résilience est à l'ordre du jour, la transition, les colibris, les commestibles, mais tout ça manque de structure!
Avec ton équipe si tu pouvais créer une sorte de bureau qui non seulement collecte, tri, évalue mais aussi montre comment pourrait mettre en place toute idée nouvelle et comment elles pourraient
dans 20 ans s'articuler entre elles pour fonctionner! Ce serait la bonne base de travail, le nouveau paradigme, la voie à suivre et en inventer une transition la plus logique possible!

Thierry de Pontcharra 10/03/2013 18:38

Il serait peut être temps d'en prendre réellement conscience que nous sommes en plein dans un changement évolutif et de civilisation!!

Présentation

  • : Le blog de Gorge Rouge
  • : Essentiellement préparer l'après pétrole localement, fruit d'une quête tous azimuts pour comprendre ce monde de fous.
  • Contact

Profil

  • gorgerouge
  • Voir http://gorgerouge.over-blog.com/article-a-la-recherche-de-l-evidence-14-janvier-2011-65012602.html