Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 19:20

1er juin 2013 : prenez le temps de lire les commentaires à la suite de cet article, ça vaut le détour.

----------------------------------------------------------------

 

Vous est-il déjà arrivé de croiser le regard de quelqu'un, dans la rue, et d'entrer en fusion complète avec cette personne ?

 

En amour ça porterait le nom de coup de foudre.

 

Mais là c'est juste furtif, le temps d'un éclair, d'un regard, d'une ou deux secondes qui durent longtemps, et chacun, chacune poursuit son chemin, rencontre sans suite, anonyme, mais ô combien intense !

 

Ces moments sont rares, pour moi, quoique !, car il faut être deux à être totalement dans un état d'esprit ouvert à l'autre, ouvert sur l'autre, dans une sorte d'intention qui consisterait à penser quelque chose comme : "tu es belle ou tu es beau" ou " qu'est-ce que tu es beau ! Qu'est-ce tu es belle !" sans aucune attente en retour : "suis-je beau ? Dis-moi que je suis beau !", sans aucune intention de séduction. Et les deux personnes qui se croisent, dans ces cas là, sont toutes les deux dans cette même énergie. C'est rare.

           

Déjà que c'est rare qu'on se dise seulement bonjour ! Parce que le plus souvent au moins l'un des deux ne voit pas l'autre. Et lorsqu'on se dit "bonjour !" on se demande si l'autre va répondre, s'il ne va pas nous laisser dans le vent, on se demande quel regard il va nous renvoyer.

 

Alors être entièrement attentif à l'autre, à la beauté de l'autre, et tomber sur quelqu'un, quelqu'une qui est exactement dans la même intention, c'est rare. Mais si moi-même je parviens à être en permanence dans cet état d'esprit, mes chances de croiser ce regard et de vivre une telle rencontre augmentent sacrément.

 

Regarder l'autre avec une telle intention, c'est s'oublier soi-même, et c'est donc oublier totalement ce que l'autre pourra penser de moi. Ou encore : c'est être tellement persuadé que l'autre ne pourra pas penser quelque chose de dévalorisant, de culpabilisant envers moi, que j'en viens à ne pas me préoccuper de ce que cette  personne pourra penser de moi puisque ça ne pourra être que du bon.

 

Et le "bonjour" verbal devient dérisoire, inutile, tellement sont pleins et intenses tous ces ressentis qui habitent cet échange de regard. Le silence permet de porter toute son attention sur cette sensation de pénétrer au plus profond du regard de l'autre, tout en acceptant soi-même de se laisser pénétrer.

 

C'est peut-être cela la vraie nudité, la vraie sobriété, le véritable dépouillement qui se suffit à lui-même, et qui est plein. Plein de richesse immatérielle, plein de richesse humaine.

 

Peut-être n'existe-t-il pas d'autre moyen de se sentir autant vivre. De se sentir autant heureux.

 

27 mai 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by gorgerouge - dans respir
commenter cet article

commentaires

thierry de Pontcharra 03/07/2014 14:46

l'éternel malentendu: l'interprétation souvent délirante que l'on peut faire de textes qui traduisent une expérience vécue et difficilement communicable..merci

Thierry de Pontcharra 04/06/2013 16:11

Mais lorsque cette rencontre foudroyante se dissipe trés rapidement, tout le reste n apparait que comme un effroyable malentendu, qu'il s agit alors d intégrer, et la je ne peux rien dire de plus,
car toutes formes d'explication sont vaines et totalement inutiles

Thierry de Pontcharra 04/06/2013 15:52

Quand a ce regard ou deux etres se fondent subitement l'un dans l'autre, oui c'est fabuleux et je connais bien cet état qui ne dure que quelques instants, j appelle cela une étincelle d'éternité et
curieusement cela m'est arrivé en Inde et avec de trés jeunes filles, mais quelle beauté, c'est indéfinissable...

Thierry de Pontcharra 03/06/2013 17:54

Tout dépend toujours du rapport que tu as avec ce que tu fais, si ce rapport est juste, en quoi peux tu être affecté par ce que tu appelles la sinistrose ambiante, ça n est qu'un nuage de fumée, ni
plus ni moins. Cela dit, les choses ne tombent pas du ciel, sauf exception, et c est en ce sens que je parle d un travail harassant de tous les jours et sans le moindre romantisme. La joie et la
bonne humeur sont les bienvenues.

Thierry de Pontcharra 03/06/2013 11:51

Travail harassant, je veux dire travail de transformation de soi même, intérieur-extérieur, et crois moi ce n est pas donné, c est une véritable conquête ou l'on passe par tous les états de la
transformation de tous les règnes que nous portons en nous et qu il nous est demandé de surmonter, a commencer par la mentalité humaine dont on sait a quel point elle est incapable de se corriger
elle même, tant les obstacles a franchir sont par myriades pour qui se décide a y aller quoi qu'il puisse en coûter...

Présentation

  • : Le blog de Gorge Rouge
  • : Essentiellement préparer l'après pétrole localement, fruit d'une quête tous azimuts pour comprendre ce monde de fous.
  • Contact

Profil

  • gorgerouge
  • Voir http://gorgerouge.over-blog.com/article-a-la-recherche-de-l-evidence-14-janvier-2011-65012602.html