Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 23:44

Bonjour Camarade


suite à mon article Choque passe à l'action vous m'avez envoyé un long commentaire auquel je réponds ici. Cela me paraît important dans la mesure où vos arguments sont très fréquents, mais pas pour autant fondés d'après moi. Et comme l'enjeu est de taille (l'après pétrole, imminent), cette réponse me semble nécessaire.

Je vous écris ma réponse en orange dans votre texte en bleu.

 

5094443188_4c683693e9.jpg

 

Bonjour Camarade

j'ai lu votre article avec intérêt
il me vient tout de même un certain nombre de questions à la lecture de vos propositions.
ça me paraît plein de bonnes intentions de développer de la sorte d'abord des réseau de solidarité sociale
puis de promotionner les questions du logements et de la production agricole
mais
ces éléments là eux-mêmes sont dépendants et interdépendants des autres domaines d'activités sociales et économiques du monde.

Oui tout à fait. Est-ce à dire qu'on ne peut pas les modifier, qu'on ne peut rien modifier sous prétexte que tout est inter-dépendant ? Non. Lorsque les énergies fossiles coûteront 2, 3, 5 fois plus cher qu'aujourd'hui, tous les domaines d'activité vont en être métamorphosés, la question est : comment anticiper cette métamorphose inéluctable ?
même pour remettre en place une activité paléolythique,
paléolithique améliorée, j'y tiens ! Nous avons inventé depuis tant de techniques douces qu'il serait idiot de s'en passer. Car c'est effectivement cette balise « paléolithique » qui me guide : comment faisions-nous avant ? Comment faisons-nous, depuis des millénaires, un peu partout dans le monde où les modes de vie restent encore souvent traditionnels et artisanaux, (voir tout le paragraphe en cherchant Jean Ziegler, surligné dans le quart supérieur des Contes de la vie sans pétrole ) et comment pourrons-nous faire demain pour inventer un monde où ces techniques artisanales seront enrichies d'autres techniques douces, sans recours aux énergies fossiles, en ayant recours par conséquent aux énergies musculaires (humaine ou animale) auxquelles s'ajouteront ces techniques douces (permaculture, jardiner sans arroser, agrobiologie, maisons en paille avec caves etc.)

il va vous falloir un territoire, un terrain,

oui évidemment, des territoires même, voir L'avenir de l'îlot St-Louis, j'y fais référence là où j'ai surligné « aller à la rencontre des agriculteurs ». Voir aussi tout le travail de Lydia et Claude Bourguignon qui s'expriment abondamment dans Le Titanic apicole, film de Dominique Guillet en trois volets.

un financement de vos impôts locaux dans le pays où vous vous installerez.

Non ! Je parle de travail convivial sur notre temps libre, j'ai passé l'été dernier à faire les foins bénévolement et je me suis éclaté parce que le groupe dans lequel je bossais était soudé, fraternel, c'était un véritable bonheur de bosser avec eux !

Et oui : si nous nous « installons » comme vous dites on peut fort bien vendre une partie des récoltes ou des produits (vestimentaires et autres) pour payer impôts et autres frais incontournables, ce qui n'empêche pas de produire d'abord pour notre propre consommation, ça se fait déjà ici et là ! Voir l'extrait du bouquin de Trixie dans  Racontez vos vacances . Et puis plusieurs économistes, après l'Islande, la Grèce, le Portugal, l'Irlande, placent volontiers la France en 5ème rang dans la liste du château de cartes qui s'écroule. Allez parler des impôts locaux aux islandais ou aux grecs en ce moment !
avec l'activité de production de laine, comment allez-vous organiser sa commercialisation qui permettra aux producteurs d'entretenir leur quotidien ?

Activité pour une auto-consommation d'abord, et pour le côté commercial voir les coopératives lainières qui fonctionnent en France : Ardelaine et celle de Longo maï pour celles dont j'ai souvent entendu parler, mais il en existe d'autres.
même si vous développez une hygiène de vie et une auto-médication, lorsque exceptionnellement l'un d'entre vous aura besoin d'une intervention chirurgicale, comment vous raccrocherez vous au système ?

Là c'est toute la question de l'hygiène de vie justement, et des médications traditionnelles, mais sans doute êtes-vous l'une des nombreuses victimes des diktats du lobby pharmacologique, voir à ce sujet cette pétition . Voir aussi par exemple Michel Dogna , Jean-Jacques Crèvecœur , Corinne Gouget , Sylvie Simon, la liste est infinie ! (23 janvier :

http://www.amavie.org/ )

Prenez-en connaissance, ça vaut le détour : vous découvrirez ainsi bien des causes des maladies modernes.
etc...

 

5313624242_719b9f7e2e.jpg

 

par ailleurs
c'est très à la mode les maisons de paille...

« à la mode » n'est pas le mot qui convient à mon humble avis : quand on connaît les propriétés incroyables des murs en paille en terme d'isolation thermique, phonique et autres, à tel point qu'il n'est quasiment pas nécessaire de se chauffer même dans les pays froids, si on y ajoute un sas d'entrée, une serre chauffante côté sud avec, devant, des arbres qui nous protégeront du soleil l'été et qui auront perdu leurs feuilles l'hiver, en bref les caractéristiques des maisons bio-climatiques, si on y ajoute enfin l'auto-construction encadrée par des professionnels , sans compter le matériau renouvelable que constitue la paille, je dirais que si la maison en paille n'est pas plus qu'« à la mode », c'est parce que la logique commerciale veut que les autres techniques de construction, moins isolantes mais plus commerciales (la paille est très majoritairement fréquente dans les réseaux d'auto-construction dans une logique plutôt conviviale que commerciale), sont davantage médiatisées. Mais pas une n'arrive à la cheville des maisons en paille en terme d'isolation et de facilité de construction et de liberté architecture (arrondis etc.)

mais il faut encore se la procurer la paille,

oui, l'augmentation d'une alimentation végétarienne peut contribuer à faire basculer une part croissante de la paille pour un usage agricole vers un usage dédié à l'habitat

produite par des agriculteurs eux-même dépendant économiquement et mécaniquement de l'industrie et de la finance,

et les producteurs bio ? Et l'auto-production collective si une dynamique se met en route pour accélérer une transition vers une agriculture sans intrants ni OGM mais à forte main d'œuvre ajoutée ? Et l'explosion annoncée et entamée du coût du pétrole, donc des intrants ?

pour avoir un terrain

un terrain oui

et des tracteurs...

quant aux tracteurs : de mémoire moins de 1% des paysans dans le monde possède un tracteur, moins de 4% pratique la traction animale, les autres (95%) n'ont ni l'un ni l'autre
bref
ce genre de projets sont plein de bonnes intentions

tout nouveau projet est nécessairement parti d'une bonne intention, cette expression péjorative est à classer parmi la novlangue destinée à nous inhiber, et à ajouter au Petit cours d'autodéfense intellectuelle.

disais-je... même relèvent de l'analyse ou de l'absence d'analyse économico sociale globale

l'analyse, quand elle s'hypnotise, inhibe l'action, c'est l'action qui « les » emmerde, nos dominants, l'analyse les fait bien marrer quand elle s'acoquine avec la parlote. Il faut de l'analyse, à condition qu'elle soit liée à l'action. Voir à ce propos cet extrait d'échange de mail * en fin de document.

typique des générations et populations éducquées, formatées, aliénées au capitalisme néolibéral.
c'est très poétique,

merci

c'est charmant,

encore péjoratif...

c'est merveilleux

ça vous gène ? Pas moi

: mais j'ai pas du tout envie de vivre dans une maison de paille.

Moi non plus avant d'y être entré !

et encore moins de tondre de pauvres bêtes sans savoir où les mettre en pâturage

Il existe plus « paléolithique » encore : « La femme feuille », magnifique roman de mon ami Charles , mais ce n'est pas adapté sous n'importe quelle latitude...

: parce que hein, faut aussi de la place pour faire vivre les troupeaux... et des camions et du gaz oil pour faire venir la laine brute

sauf lorsque nous aurons relocalisé notre économie pour cause de prix prohibitif de l'essence, d'ici quelques années et non pas d'ici quelques décennies comme le croient certains...

dans les bidons-villes des grandes villes où de petites mains écologiques iront travailler la laine achetée misérablement sur des marchés petit-bourgeois écolo par des néo-bourgeois bohèmes crachant sur le système qui les nourrit fort bien du fait de leur recrutement sur les qualités non dites qui les caractérisent.

Ho vous vous êtes lâché là ! Pour ou contre les bidonvilles ? Les écolos sont forcément petits-bourgeois ou néo-bourgeois... Crachant sur le système : il vous convient le système, vous Paul ? Avec ses 95% de conflits armés liés à la prédation des énergies fossiles ? Avec sa Fabrique du consentement ?
mais bon hein
vous ne faites de mal à personne

encore péjoratif, le mot est faible : sarcastique. Et dans l'erreur en plus, car vous ne connaissez pas la puissance du collectif. Normal : l'histoire officielle l'a occultée. Et puis je ne veux faire de mal à personne, même pas à nos dominants figurez-vous.
bonne continuation

 

------------------------------------

 

* échange de mail ce jour même 16 janvier 2011 (extrait)

Je crois qu'une abondance alimentaire locale (des noyers, des châtaigners, des pommiers partout, des jardins partagés) peut rendre l'argent partiellement inutile et donc contribuer à "déraciner l'arbre aux billets" comme vous dites si joliment Florence, tout en multipliant des créations de CIGALES et autres investissements solidaires - sachant que la réalité est que l'argent économisé risque fort de partir dans des voyages en Tunisie.

Une fois de plus un acte sans conscience a des effets pervers, d'où cette nécessaire réflexion préalable pour savoir pourquoi on plante des arbres et comment derrière cette action on continue à tirer sur la bonne ficelle de la pelote, pas sur la mauvaise !

 

5363195612_81e1bb275c.jpg

 

-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_-_

 

Re-commentaire (ci-dessous), re-réponse :

 

 

Ce n'est pas bénévole lorsque l'on travaille pour soi : quand je jardine dans mon potager je ne fais pas de bénévolat.

 

 

Je ne fais de différence entre les catégories sociales, pas par principe mais par expérience : les plus cultivés sont parfois les plus résistants au changement (ça confirme les positions de Chomsky), et les plus pauvres économiquement sont ceux qui auraient, qui ont le plus besoin de jardins partagés, ils en faut parfois peu pour qu'ils osent les proposer.

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Gorge Rouge - dans vitre
commenter cet article

commentaires

paul 17/01/2011 11:07


ben voyons... le truc classique : les plus cultivés sont parfois les plus résistants au changement

c'est exactement pour cette raison que la bourgeoisie néolibérale a tout fait pour développer la décérébration de masse par le spectacle audio-visuel cinématographique et télévisuel et détruit tous
les efforts de construction de système d'instruction générale en médiocrisant drastiquement les contenus d'enseignement, de l'école primaire aux grandes écoles d'ingénieurs et aux universités. Ils
savent très bien qu'effectivement les plus instruits (vous vous trahissez en parlant de cultivés) sont les plus résistants au changement : une des causes historiques des soulèvements comme le front
populaire ainsi que l'émergeance du programme national de la résistance, a été l'accession de plusieurs générations de toutes classes sociales à une instruction de base et développée de grande
qualité de contenu autant que de méthode.
chose que vous ne pouvez avoir connu étant très probablement issu de générations récentes ayant un bagage culturel odieux-visuel de base et donc d'une médiocrité de méthode et de contenu très
grave, vous faisant retourner aux processus mentaux et culturels médiévaux fondés sur la croyance et non la construction de connaissance.

c'est gentil de citer Chomsky : faut encore en avoir les moyens d'analyse et d'interprétation.
ne pas faire de différence entre les systèmes d'identité des classes sociales relève précisément de ce genre de défaut de capacité d'analyse sociale et économique et en outre de la croyance commune
en une vertue intrinsèque du peuple !

bon j'vais arrêter là hein...
faudrait que vous ayez d'autres commentateurs pour vous remonter le moral hein.

là je vous amuse tout juste et vous donne simplement l'occasion de réciter votre cathéchisme.
et moi, ça me distrait juste le temps d'un entracte dans mes bricolages domestiques.
bonne continuation


Gorge Rouge 17/01/2011 13:48



Bon je cois que là, à part votre attitude cassante, nous sommes d'accord (la décérébration de masse des spectacles odieux-visuels, La société du spectacle, Guy Debord, Les héritiers - Bourdieu et
Passeron etc.)


J'suis sûr qu'on pourrait presque être potes !


J'm'attarde pas : faut qu'j'retourne à mon cathéchisme. Et à mon potager.



paul 17/01/2011 08:34


quelle honneur !
en fait je vous donne l'occasion à chaque commentaire d'un nouvel article pour poursuivre vos exposés

l'idée de développer les réseaux collectifs ainsi qu'une hygiène de vie quotidienne me parait évidemment être au centre de tout projet sérieux : c'est la base du communisme à mon sens autant que du
christianisme.

le système humain ne se caractérise pas que par la guerre et ne me convient absolument pas depuis toujours : dans les tripes, j'ai la conviction qu'il faille ne pas y faire d'enfants. c'est dire si
ma réponse y est radicale.

maintenant ce qui me fait sourire, ce sont les argumentations économiques que vous avancez : l'exemple du travail bénévole est l'emblème de cette inconscience de mettre de l'eau au moulin de ceuxla
mêmes dont l'idéologie centrale est de dévaloriser toute activité humaine de sorte que la pluvalue soit maximale et l'esclavagisme des travailleurs optimale.

l'idée que la source de paille puisse être renforcée par un développement du végétarianisme (et je suis végétarien depuis très très longtemps) est aussi preuve d'une inconscience non seulement
économique globale mais encore écologique.

qu'il faille entretenir et développer les couvertures forestières, arborée etc... développer l'agriculture sur sols couverts, par génie des sols, etc... ne m'est pas inconnue du fait de mes
formations scientifiques initiales et ensuite de ma pratique personnelle.

etc...

allez convaincre "les gens", surtout les ignares du peuple téléspectateur, toute classe sociale confondue, mais surtout les moins bien lotis économiquement et surtout en capacité d'instruction, qui
envient à outrance le spectacle petit-bourgeois de l'arrivisme, lui-même envieux des fastes luxueux de la bourgeois, qu'il faille vivre sans rolex, sans grosse bite, sans télévision, sans portable,
en allant acheter son pain à pieds, sans grosse voiture, sans cheptel de gosses dont on ne s'occupe pas et dont on n'a ni la conscience ni les moyens d'éduquer et d'instruire...

on verra après...

perso ça va : j'ai pas mal donné dans ma pauvre vie

le pire ennemi du féminisme et du communisme, c'est l'ignorance populaire et son envie de gloire individualiste.

tentez simplement de leur expliquer que toute consommation d'alcool les détruit, y compris le vin : là vous allez mesurer la puissance des tabous populaires.
idem avec les dérivés du chanvre etc...
alors avec le sexisme radical à leurs cultures... imaginez seulement...
ainsi qu'avec la convoitise, l'espoir d'être parmi les "meilleurs" et les plus cons...

évidemment, pour moi, ce ne sont pas les idéologies qui ont foiré mais tout simplement l'humain qui est radicalement motivé par la volonté de puissance et la convoitise ainsi que la jalousie.


Gorge Rouge 17/01/2011 10:25



réponse (plus courte) en bas de Réponse à Paul



Présentation

  • : Le blog de Gorge Rouge
  • : Essentiellement préparer l'après pétrole localement, fruit d'une quête tous azimuts pour comprendre ce monde de fous.
  • Contact

Profil

  • gorgerouge
  • Voir http://gorgerouge.over-blog.com/article-a-la-recherche-de-l-evidence-14-janvier-2011-65012602.html