Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2009 3 14 /10 /octobre /2009 11:23

Toutes les femmes sont des divinités.

Et non des objets sexuels ou des putes dont l’histoire a trop souvent débuté par un viol.

 

Tous les hommes sont des anges.

Et non des machos voyeuristes dont la vie a trop souvent commencé au milieu d’autres machos voyeuristes impunis et, pire, insensibles.

 

Insensibles à la souffrance des femmes sur lesquelles ces regards de mecs s’attardent quotidiennement en les déshabillant, regards intrusifs et détestables pour elles. A moins que ce ne soient des regards vides pour peu qu’elles soient perçues comme des « boudins ». Tout ou rien. L’intrusion ou l’inexistence.

 

Il ne s’agit pas de culpabiliser une fois de plus ?

La culpabilité… Notion centrale dans cette histoire de malentendus.


 

 

Car celui qui culpabilise n’a pas accès à ses sentiments (expression empruntée à Janov, « Le nouveau cri primal ») et du même coup plutôt que d’être clair avec lui-même, avec ses sentiments : « je te trouve belle mais je te respecte », il s’interdit ce genre de pensée culpabilisante car tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain voisin, c’est bien connu, sauf qu’il confond « trouver belle et respecter » d’un côté et « convoiter » de l’autre.

Alors il « déjoue » (Janov). Ou plutôt ici il rejoue. C’est à dire qu’il convoite : il retourne par là au pécher originel pour en retrouver le sens, et sa relation à cette femme est malsaine puisqu’il est lui-même marié. Et cette convoitise renforce sa culpabilité, du coup il se cache à lui-même son désir pour elle : il n’a ainsi, effectivement, pas accès à ses sentiments. Demandez-lui s’il la désire : « jamais de la vie ! »

Tant qu’il n’a pas accès à cette autre posture : « je te trouve belle mais je te respecte », il n’y aura pas d’autre solution pour lui que cette attitude intrusive et machiste, collante. Pour le moment la seule alternative qui s’offre à lui est : « je te désire ou je renonce à toi ». Tout ou rien. Manichéen. Une fois de

plus. Les bons et les méchants. Incapable de réfléchir plus loin que le bout de son nez. Manipulable par la presse pipole, démagogique, aux ordres. Incapable d’empathie envers les réputés méchants. Et capable des plus atroces injustices envers eux, puisqu’il ne sent plus rein à leur égard.

 

Mais où est le mal de trouver une femme belle ? Nulle part à condition de la respecter : à condition même pas de renoncer à elle, ou peut-être au début de ce cheminement affectif, mais plutôt de faire mine de ne pas la désirer.

« Femmes je vous aime

et même pire

je vous désire »

chante Julien.

Mais savons-nous nous rendre seulement désirants ? Là est la question. Nos désirs incessants les font fuir, quand comprendrons-nous cela ?

 

Nous devons apprendre à être présents, mais pas intrusifs.

Et à ce moment à seulement les femmes pourront devenir succulentes car en sécurité, c’est à dire libres de pouvoir nous choisir ou nous repousser comme elles l’entendent.

 

Alors les mecs en bandes, en groupe, a fortiori en groupes de sportifs ou de supporters ! Y’a du boulot, mais le défi n’est pas insurmontable. Encore faut-il que les choses soient dites. Que les langues puissent se délier. Dans des espaces faits pour. Au début était le verbe.

 

Mais au début était, encore plus, le toucher…

Partager cet article

Repost 0
Published by Gorge Rouge - dans respir
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gorge Rouge
  • : Essentiellement préparer l'après pétrole localement, fruit d'une quête tous azimuts pour comprendre ce monde de fous.
  • Contact

Profil

  • gorgerouge
  • Voir http://gorgerouge.over-blog.com/article-a-la-recherche-de-l-evidence-14-janvier-2011-65012602.html