Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 07:52


https://www.collectifstoptafta.org/auteur/76-collectif-stoptafta-rouen

 

 

Susan George en 2010, entendue hier soir à Rouen à propos du projet TAFTA.

 

---------------------------------------_

 

Et l'escabeau escamoté des arboriculteurs : encore un coup des lobbies au volant de leurs gros tracteurs et aux commandes du projet TAFTA !! Merci Evelyne.

Le décret anti-escabeau fâche les arboriculteurs

Agriculture. Une norme européenne interdisant aux mineurs le travail posté en hauteur entre en vigueur cette année en France, au grand dam des producteurs de pommes.

Stéphane Frachet | Publié le 03.05.2014, 16h16

 

 
 

Lille (Nord). Une transposition du droit européen dans le Code du travail effective cette année interdit désormais les échelles, escabeaux et marchepieds comme postes de travail permanents aux moins de 18 ans. | (PhotoPQR/« la Voix du Nord»/Patrick James.)

 

Nulle, déconnectée du terrain, anticompétitive : les qualificatifs fusent dans la bouche des arboriculteurs français, très remontés contre une transposition du droit européen dans le Code du travail, qui interdit les échelles, escabeaux et marchepieds comme postes de travail permanents.

« Le cueilleur de pommes est assimilé à un élagueur-voltigeur, c'est absurde », pointe Luc Barbier, exploitant à Hoëville (Meurthe-et-Moselle) et président de la Fédération nationale des producteurs de fruits (FNPF).

 
Si ce décret européen datant du 7 mars 2008 a mis plus de cinq ans à être transposé en France, dans l'article R. 4323-63 du Code du travail, cette nouvelle contrainte tombe au plus mal pour une profession déjà confrontée à une crise des vocations.

« Le texte a été mis en place en catimini, par un fonctionnaire qui s'est basé sur des statistiques, sans doute pour protéger les salariés du BTP, se lamente Thierry Moisy, qui produit 600 t de pommes par an à Saint-Paterne-Racan (Indre-et-Loire). Mais ce technocrate n'a pas mesuré l'impact dans les vergers, où l'escabeau constitue un outil quotidien. » Thierry Moisy se souvient avoir reçu un mail des organisations professionnelles l'été dernier, « mais les équipes de cueilleurs étaient déjà organisées ». C'est donc en 2014 que l'article prend pleinement son effet.

Un quart des saisonniers étaient mineurs dans le Cher


Les conséquences sont nombreuses. « Je n'emploie plus aucun mineur », dit Pascal Clavier, arboriculteur à Saint-Martin-d'Auxigny (Cher) sur 50 ha, qui ne sait pas encore comment il s'organisera cet été. Les moins de 18 ans de la région avaient là un moyen de se constituer un petit pécule l'été. Pour eux, c'est fini. En 2010, ils représentaient encore un quart des saisonniers. Autre incidence  : sur la conduite de l'exploitation et l'équipement de ces agriculteurs, concurrencés par la Pologne, l'Italie et l'Allemagne. « Est-ce qu'il faut couper les arbres à hauteur d'homme, alors qu'ils se déploient au-delà de 3 m ? » raille Pascal Clavier. « Si le texte n'est pas modifié, je vais devoir acheter des plates-formes automotrices à 30 000 € l'unité. C'est impensable alors que nous sommes déjà sur la corde raide », poursuit-il.

« L'escabeau n'est pourtant pas dangereux. J'ai plus d'arrêts de travail le lundi parce qu'un gars s'est blessé au football ou à VTT durant le week-end », assure l'exploitant, qui reconnaît quelques chutes par le passé, mais sans gravité.

Les quelque 50 000 arboriculteurs français enragent, parce que la directive européenne sur le travail en hauteur n'a pas été transposée avec la même rigidité chez nos voisins. « En Espagne, elle n'est pas appliquée. En Allemagne, les saisonniers sont payés moins cher et ils peuvent grimper sur des échelles jusqu'à 3 m », déplore Luc Barbier, président de la FNPF, qui a saisi le ministère de l'Agriculture. « Notre ministère de tutelle a reconnu l'absurdité de la situation et il va saisir le ministère du Travail. Mais, en attendant la modification du texte, un arboriculteur peut toujours tomber sur un inspecteur du travail trop tatillon et se faire sanctionner », déplore-t-il.

 

Le Parisien

Repost 0
Published by gorgerouge - dans sources documentaires
commenter cet article
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 05:52

DONNEZ-NOUS VOS GRAINES…

 

de légumes et de fruits... 

et servez-vous!

 

 

 

Nous souhaitons mettre en place des bacs à légumes gratuits et en libre service

pour tout le monde à Évreux !

 

 

POURQUOI ?

 

  • Pour que la ville soit aussi un lieu de production !

 

  • Pour que nous réapprenions à cultiver notre nourriture !

 

  • Pour remettre du vert en ville et du lien entre nous dans la rue et l’espace public !

 

  • Pour réduire les transports et les intermédiaires de la production à l’assiette !

 

Donnez-nous vos graines, plans, boutures

 

et nous les placerons en terre et dans des bacs disposés en ville, afin que tout le monde puisse cultiver, mettre la main à la pâte, entretenir…et se servir gratuitement !

 

 

Pour plus de renseignements sur cette initiative :

  • Le site des incroyables comestibles France :

www.incredible-edible.info/

  • Le site des villes en Transition :

www.transitionfrance.fr

  • Un numéro de téléphone local pour l’association : 06 30 04 73 44

Repost 0
Published by gorgerouge - dans AET
commenter cet article
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 17:57

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=o7WBcxtgvro

 

54 minutes incontournables.

 

Merci Sarah !

 

Sarah qui en retient  2 citations:

* un cheikh arabe: "l'âge de pierre ne s'est pas terminé parce qu'il n'y avait plus de pierre, mais parce que les hommes étaient passés à un autre mode de production / avaient su utiliser d'autres ressources"
J'en comprends que cette fois-ci ce sera un autre scénario : non pas une sortie par le haut, choisie, mais bien un retour en arrière, subi, et malgré tout bénéfique. Pas un retour en arrière temporel qui est impossible mais énergétique. Et comme nos ressources en métaux sont bientôt épuisées on peut dire que nous reviendrons prochainement à l'âge de pierre, ou à la bougie. Sans les abeilles. Le côté bénéfique en prend un coup dans l'aile au passage...
* PDG de total expliquant que le pic du petrole est pour bientôt : " ce n'est pas tant la question des réserves et des ressources mais la question de l'extraction / production et du coût que ces recherches et productions supplémentaires engendreraient : ce n'est pas la question de la baignoire mais du robinet" = on pourrait encore trouver du pétrole mais l'extraire coûterait si cher pour qu'il soit produit à la hauteur de notre consommation, qu'il serait invendable et même pas rentable pour les industriels. 
Repost 0
Published by gorgerouge - dans sources documentaires
commenter cet article
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 13:16

Je remets ce texte en page d'accueil pour faire écho au thème du café philo d'hier 4 mai au Falstaff à Bastille : "La complexité, force majeure ?"

"Hou la la ! C'est beaucoup plus compliqué que ça !" dénonçait Miguel Benasayag quelques temps avant de se faire virer de France Inter, dévoilant du même coup le subterfuge des experts qui nous excluent de leur savoir, bras armé de leur pouvoir, tandis que de l'autre côté les merdias dominants nous désinforment à longueur de journée, voir

http://www.michelcollon.info/Exceptionnel-une-journaliste-RTL.html .

 

Le thème de ce 18 août 2010 était « Le progrès ».

 

4295134996_54984df171.jpg

 

Serge nous parle d'une émission de télé récente sur les OGM, à laquelle participaient quatre experts dont il n'a pas retenu les noms.

 

Et l'un d'eux a dit que le principal problème des OGM était que, comme ils lutteraient contre la faim dans le monde, cela accroisserait la surpopulation qui elle-même accélèrerait notre perte !

 

Aucun commentaire de contestation dans la petite assistance (8 personnes), sauf de ma part mais je suis bien seul contre tous. J'ose contredire une parole d'expert, me prenant pour un expert moi-même. Norman Baillargeon (1), au secours ! Gilles-Eric Séralini (2), au secours ! Pierre Bourdieu (3), au secours ! Marie-Monique Robin (4), au secours ! Dominique Guillet (5), au secours ! Jean Ziegler (6), au secours !

 

Je m'en suis très bien tiré, mais ce qui m'intéresse ici est le double message qui serait passé et resté dans les têtes si je n'avais pas été présent.

 

Le premier message selon lequel la position de cet expert était la vérité, le second selon lequel on peut continuer à s'en remettre aux experts.

 

C'est ça le quotidien véhiculé par la télé : une incrustation dans nos cerveaux que nous sommes des ignorants devant s'en remettre aux experts qui, eux, savent. Dormez bonnes gens, il n'y a rien d'autre à faire. «Aies confiance» chantait le serpent dans Le livre de la jungle. Il chante tous les jours à qui regarde la télé quotidiennement.

 

Et sans ces connaissances sur les OGM glanées ici ou là (voir ci-dessous), je n'aurais pas pu répondre à cet autre participant du café philo, non contredit lui non plus, pour qui il était évident que les OGM permettaient de traiter moins les cultures, alors que c'est l'inverse exact puisqu'ils sont résistants aux insecticides.

 

D'où ma décision de mettre ce billet sur mon blog, histoire de participer à cette remise à l'heure nécessaire. Marginale, mais vitale. Marginale, forcément puisque pas reprise par les grands médias. L'essentiel est dans les marges disait mon « père spirituel » Michel Duval.

 

----------------------------------

(1) Ayant lu récemment le Petit traité d'auto-défense intellectuelle de Norman Baillargeon, j'y allais sans crainte aucune, alors qu'une participante apparue pour la première fois au café philo ce jour là me regardait goguenarde, en voyant comment j'osais me poser en contradicteur d'un expert télégénique avec autant d'assurance, avant même que j'avance mes arguments. Elle n'avait jamais vu ça, un tel culot, une telle inconscience vouée à l'échec puisque son sourire semblait dissimuler sa conviction selon laquelle je ne pouvais pas contredire un expert de manière convainquante.

 

(2) Sur mon insistance, Serge finit par se souvenir que l'un des experts présents était biologiste à l'université de Caen. Immédiatement j'interviens pour lui dire : « Eric-Gilles ou Gilles-Eric Séralini ? » « Comment dis-tu? » me fait répéter Serge. « Oui, c'était un nom comme ça, ça doit être lui ! » D'emblée le néophyte que j'étais sensé être passait pour un peu moins illuminé.

 

4907201602_ebd97d6c6e.jpg

 

(3) Je savais, pour m'être intéressé à Pierre Bourdieu (Sur la télévision, La sociologie est un sport de combat, L'opinion, ça se travaille...), qu'il y avait toutes les chances pour qu'à ce genre d'émission il n'y ait qu'un seul anti-OGM face à trois pro-OGM, sans compter l'animateur probablement plutôt pro lui aussi. Dans ce contexte, j'imaginais bien, alors que Gilles-Eric avait épuisé son temps de parole et surtout s'était épuisé à donner la contradiction non seulement face aux trois autres, mais aussi face à l'omniprésence des positions plutôt pro OGM sur les médias dominants en général, positions incrustées dans nos têtes, j'imaginais bien qu'à ce coup fatal, porté peut-être en fin d'émission, par notre expert inconnu selon lequel les OGM luttent contre la faim dans le monde en accroissant la surpopulation qui elle-même accélèrera notre perte, Gilles-Eric n'avait pas pu répondre. Et l'inconnu avait réussi ce tour de passe-passe machiavélique en ne laissant dans le souvenir de mon Serge que celui-ci, doublement faux [voir (4)], mais le seul à avoir été rapporté ce 17 août. Et si Serge avait retenu cette seule formule frelatée, combien d'autres téléspectateurs étaient-ils tombés dans le même piège ? Sans compter l'acquièscement des six autres personnes présentes à cette séance de café philo !

 

(4) Doublement faux, cet argument l'était par le fait que les OGM ne résoudront PAS la faim dans le monde, et par cet autre fait que, par suite, la surpopulation ne nous conduira pas à notre perte. L'expert escroc créait ainsi une fausse peur pour nous faire croire à son mensonge. J'avançais mes arguments en m'appuyant sur Le monde selon Mosanto, film (et livre que je n'ai pas lu) de Marie-Monique Robin => http://robin.blog.arte.tv , et surtout en insistant sur cette date, 1996, à partir de laquelle Monsanto utilise comme argument de vente de ses OGM qu'ils lutteront contre la faim dans le monde. Un argument de marketing pur et simple, sorti du jour au lendemain du chapeau sur service de communication de l'entreprise. Alors que les travaux de Marie-Monique Robin, Jean-Pierre Berlan, Gilles-Eric Séralini et tant d'autres montrent que le seul objectif des OGM est de gagner de l'argent en rendant les paysans dépendants des firmes agro-industrielles, dans la mesure où ils deviennent obligés de leur racheter leurs graines chaque année, au lieu de resemer une partie de leur récolte comme cela se fait depuis la nuit des temps.

 

26 août, trouvé (encore !) sur http://miiraslimake.over-blog.com :

http://www.noslibertes.org/doc/mondialisation/OGMUnProjetEugeniste.pdf

 

(5) Merci à Dominique Guillet pour sa piqûre de rappel à travers son film, Titanic Apicole, dans lequel les OGM et les semences sont montrés comme le premier fléau qui nous menace, devant la perte de fertilité des sols.

 

(6) Enfin, merci à Jean Ziegler qui m'a permis d'attaquer d'une manière fort percutante ma diatribe anti-OGM en me référant à la page 140 de sa version poche de La haine de l'Occident. Il décrit comment, en Inde, «le paysan devra payer le prix (exorbitant la plupart de temps) imposé par les sociétés transcontinentales de l'agrochimie.» Il y rapporte qu' «Entre 2001 et 2007, 125 000 paysans indiens se sont suicidés, tant la libéralisation de l'agriculture les a appauvris.» Puis il décrit cet «étrange rituel qui préside au suicide», que j'ai raconté ce 17 août, lorsqu'ils s'isolent pendant plusieurs jours, puis sortent de leur isolement pour boire d'un trait un bidon de pesticides. «Il meurt lentement dans de grandes souffrances.»

 

------------------------------------------------------------ 

 

23 août 2010 :

http://miiraslimake.over-blog.com/article-eugenisme-et-racisme-social-46598425.html

 

-----------------------------------------------------------

 

25 novembre 2010 :

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=20836

 

-----------------------------------------------------------

 

20 janvier 2011 :

http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4539

 

Repost 0
Published by Gorge Rouge - dans palabres
commenter cet article
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 10:50

Jehan Jonas faire Ctrl + plusieurs fois pour agrandir la taille des caractères

 

Dans des écoles
Aux murs décorés de tes dessins d'enfant
Sur des bancs où tu seras fier de t'asseoir
Comme se sont assis tes ainés
Quand nos aînés n'y seront plus

On t'apprendra l'obéissance
On t'apprendra la transparence
On te rendra inodore, incolore, insipide
Insonore et stupide
On t'apprendra le code de la route
À voter oui une fois pour toutes
À voter oui
À voter non
Hum, hum, hum... à voter
À faire ton devoir du dimanche

Tu deviendras celui qui rampe
On éteindra ta lampe
Et tu parleras au nom des autres
Tu diras "Nous"
Tu diras "Nous voulons"
Tu ne diras plus jamais "Moi"

Tu parleras très fort
Tu marcheras quand même
Sous la botte ferrée
D'un cabot militaire
Puisqu'il faut le faire
Ou bien tu t' feras réformer
Et tu l' diras très fort
En riant comme une conne
"Je les ai bien eus, ha, ha...
Je les ai bien eus"
Comme si c'était possible

Tu seras de la majorité
Ou tu seras de l'opposition
Tu suivras les consignes
Tu seras pour ou contre
Et quand tu l'auras dit
T'iras t'asseoir devant ta soupe
Avant qu'elle refroidisse
Avant qu' même le Royco se révolte

À défaut d'être quelqu'un
Tu seras quelque chose
Dont tu causeras bien haut
En faisant de grands gestes
Modeste
Tu seras une fonction écrite
En gras sur une carte de visite

Tu écouteras les compliments
Le rouge au front, baissant la tête
Couronnant de tes cheveux blancs
Le pavillon de ta retraite
Et tu diras "Merci"
Ravalant ta rancœur
Car on t'aura appris
Qu'on ne parle jamais la bouche pleine

Tu seras un valet modèle
Fidèle
Un peu putain, bien sûr
Mais faut bien vivre
Et l'on t'entendra dire
"Mon p'tit, tu sais, dans la vie
On ne fait pas toujours c' qu'on veut
Tu comprendras plus tard
Il faut plier parfois
Comme j'ai plié toujours"

Et tu f'ras le compte de tes amis
Sur le doigt qu'il te restera
D'une vie de labeur
Avec des gens sévères
Hum... mais justes
Et l'on t'emportera
Plié, voûté
Coudé
Dans une boîte en bois
Comme dans le ventre d'une mère
Suivi des enfants de ta femme

Voilà pourquoi
Voilà pourquoi, mon fils
Ta mère... prend la pilule

 

-------------------------------------------------------_

 

L'histoire de Jehan Jonas vient d'être écrite et publiée par Laure Cousin, sa compagne, "Jehan Jonas, une confiscation". ISBN 978-2-9547873-0-5

 

Aux éditions le second souffle.

 

http://www.jehan-jonas.fr/?p=46&PHPSESSID=35ca4a759bfa62b32ebf9b28961475a8

 

jehanjonas2dsouffle@yahoo.fr

 

L'intégrale de ses chansons y est également disponible. La version audio du Plaidoyer pour un futur crétin à elle seule vaut ce cadeau tant l'interprétation de Jehan est saisissante.

 

Elle passe encore parfois sur Radio Libertaire, 89.4 en région parisienne seulement ou sur Internénette.

 

Pour découvrir d'autres chanteurs qui parlent en français et qui sont censurés (chapitre 9 d' Une confiscation : "la censure") par le pouvoir politico-merdiatique dominant, voir www.aumagique.com et http://forumleoferre.org/ .

Repost 0
Published by gorgerouge - dans sources documentaires
commenter cet article
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 10:40

http://miiraslimake.over-blog.com/article-3727584.html

 

ça ne peut pas faire de mal de réentendre ou de découvrir ces (moins de) deux minutes d'intervention d'André Pochon.

 

350862712_e0b3be96ee.jpg

                                                                                             ortie

Repost 0
Published by gorgerouge - dans sources documentaires
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 11:48

Hier soir chez Chriss, je lisais la Lettre aux paysans de Giono lorsque j’ai été abordé par Christian, inconnu jusqu’alors.

 

Une heure de discussion s’en est suivie.

 

Nous avons parlé de la Belgique : permaculture, guerrier spirituel etc.

 

Nous avons évoqué la Grèce. Les violents.

 

Voici ce qu’il en est ressorti : les communautés de demain devront revêtir deux caractéristiques. La première : être autonomes en alimentation, habitat, chauffage, santé, vêtements, etc. Et la seconde : être accueillantes mais surtout prudentes, lucides, solides à l’égard des étrangers belliqueux.

 

Des critères drastiques d’accueil devront être inventés et mis en place. Que nous ne nous laissions pas refaire le coup qu’ils ont fait à Massoud.

 

Bon ne s’écrit pas avec un C. C’était trop long comme titre.

 

Bon sans C. C’est plus court.


 

27 avril : je viens de voir Qui a tué Massoud sur Internénette.

 

Je confirme.

 

 

                                      

 

Repost 0
Published by gorgerouge - dans AET
commenter cet article
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 09:20

Association Eure en Transition - AET - au Kilucru, vend. 25 avril 2014 - réu préparatoire du mardi 13 mai au Bohème, 20h - relevé de décisions

 

6 personnes présentes : Annie Clément Alexandre Sarah Christine Robin. Laetitia excusée.

Vu le bruit nous n'étions pas trop peu nombreux !
=> Prochaines réunions et RDV :
- ce midi samedi 27 avril chez Emmanuelle 11 rue de la Petite Citée pour préparer des jardinières en palettes (Laetitia et Hamza seront des nôtres) ;
- demain dimanche 15h, lieu à définir ce midi, peut-être chez Serge à la Madeleine, Clément et Annie en seront ; du coup Serge je t'ai ajouté aux listes AET noyau dur et AET potager !
- lundi prochain 28 avril au Green à 19h, groupe potager mais nous parlerons du 13 mai, notamment de l'affiche ;
- le 28 au soir nous nous donnerons probablement RDV samedi prochain 3 mai à midi pour une action palettes / jardinières / incroyables comestibles, lieu à définir ;
- lundi suivant 5 mai, même heure même endroit (19h au Green) pour préparer la com' pour le 13 mai.
=> Annie nous informe que Samedi prochain Karima Delli députée verte viendra sur le marché d'Evreux.
Pour le 13 mai :
=> il manquait les enceintes, c'est réglé : il y en a sur place.
=> Clément s'occupe d'un panneau + photos + textes ;
=> nous construirons des jardinières en palettes le samedi 10 mai (chez Serge ?) et nous en installerons une le 13 mai au soir près du Bohème ;
L'affiche pour le 13 mai :
=> titre : "Demain le bonheur ?" La question du point d'interrogation n'a pas été abordée mais en quittant le Kilucru avec Clément ça nous parraissait évident qu'il y soit présent. Des objections ?
=> sous-titres : "Forêts nourricières, jardins partagés, habiter mieux, une société conviviale"
=> autres infos : "Ateliers participatifs" et "Film 15 minutes"
=> le dessin est toujours en attente, 3 pistes :
1 - Patrick de l'AJM ;
2 - les Colorisateurs, asso d'Evreux que Christine va solliciter ;
3 - Clément va faire une recherche d'illustrations sur Internénette.
=> dès que l'affiche est prête nous organisons le plan de com' (j'ai cherché les contacts compilés dans les anciens CR de réu mais je n'ai rien trouvé !).
 
Description de cette image, également commentée ci-après     
Coccinelle et larve de coccinelle asiatiques - Son comportement, sa prolificité et sa voracité en font désormais une espèce invasive nuisible pour les coccinelles autochtones qu'elle tend à éliminer.

Le déroulé de la soirée du 13 mai :
 
=> dès l'accueil des citations de Rob Hopkins seront sur les tables + le panneau préparé par Clément ;
=> 1er temps : film de Rob Hopkins, 10 minutes (lien : https://www.youtube.com/watch?v=snKCr9m8tDI ) ;
=> second temps : ateliers participatifs, nous nous répartisons sur les tables de 4 personnes environs pour accompagner des échanges entre les personnes présentes avec quelques consignes du genre : que la parole tourne, être attentifs aux différents membres du groupe, passer des problèmes aux solutions etc.
vers la fin de ce temps d'une vingtaine de minutes nous distribuons des petits papiers de 4 couleurs différentes (carnets à souche déjà achetés précédemment) avec pour consigne d'écrire dessus pour chaque couleur :
- une idée d'action que l'on peut mettre en oeuvre individuellement ;
- une action que l'on peut mettre en oeuvre dans sa rue ou son quartier ;
- une action réalisable à l'échelle de la collectivité, ville ou village ;
- et une autre action.
(idée piquée à Rob Hopkins mais préalablement proposée par Clément, comme quoi les grands esprits ...)
=> 3ème temps : intervention sur les incroaybles comestibles (Laetitia), éventuellement si l'énergie est siffisante sur les chantiers participatifs (Alexandre)
=> 4ème temps et conclusion : se donner RDV le samedi suivant 17 mai à midi et pour une action incroyables comestibles et déterminer ensemble où porter cette action afin d'impliquer les personnes présentes - nous gardons sous le coude la proposition de la promenade de l'Iton si la mayonnaise ne prend pas.
=> nous ferons circuler une liste à remplir pour conserver les coordonnées des participants.
Pour le groupe, depuis la médiathèque d'Evreux, samedi 26 avril 2014 à 11h15,
Robin
    
Coccinelle et larve de coccinelle européennes - merci Evelyne !
Repost 0
Published by gorgerouge - dans AET
commenter cet article
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 06:04

J’ai rappelé dans La confession de Massoud, citant Plaute, que l’homme est un loup pour l’homme...

 

Despotisme, esclavagisme, etc., ces anti-valeurs se confrontent au « bien », à l’attention aux autres, aux décisions collectives et à l’invention collective. Mais que trouve-t-ton entre les deux ? La résignation, le cynisme, les chapelets de problèmes.

 

L’attention aux autres, les décisions collectives pour des productions collectives sans recours aux énergies fossiles, défossilisées : voilà trois piliers de notre ancienne civilisation que l’argent, le salariat, les machines et enfin les énergies fossiles ont détruits. Sans compter la voiture puis la télé.

 

Voilà les principaux piliers qui donnaient sens à la vie et qui, à nouveau, donneront sens à la vie dans un avenir proche. Dès aujourd’hui si nous le voulons, si nous le décidons, si nous retrouvons notre capacité à décider de concert d’organiser nos vies en ne comptant de nouveau que sur nous-mêmes.

 

Le temps ne suffit pas : il faut aussi se parler.

Se parler ne suffit pas : il faut aussi que cette parole soit partagée.

Et cette parole partagée ne suffit pas : elle doit être tournée vers le but de nous réapproprier notre puissance créatrice collective, vers le but de nous réapproprier notre savoir-faire manuel, à commencer par ensemencer la terre pour nous nourrir, puis nous vêtir, nous loger, nous chauffer quand il fait froid.

 

Redonner vie aux terres incultes sans attendre que les agriculteurs s’en chargent, mais le faire avec eux dès aujourd’hui, là est le défi.

 

Récemment j’ai rencontré une personne apparemment lucide, hyperactive, éveillée, communicante, enthousiaste, optimiste et positive, mais à y regarder de plus près une personne alitée. Elle m’a dit : « sans tracteurs nous ne pouvons pas nourrir l’humanité ». Avec une telle autorité que cette affirmation pouvait tout justifier à elle seule : notamment l’extraction des gaz de schistes et la culture de l’éthanol sur des surfaces agricoles de plus en plus grandes pour alimenter nos tracteurs qui nourriront l’humanité. Je sentais fortement que TINA était parmi nous : There Is No Alternative.

 

3033978995_4992cab82e.jpg

 

Il faudra bien pourtant aller prochainement à la rencontre des agriculteurs aux portes de nos villes et de nos villages pour leur dire : « vous avez des terres incultes, nous avons du temps et des bras, passons un accord pour que, sur des petites parcelles au début, nous ré-enrichissions vos terres pour créer autour de notre ville, de notre village, des ceintures vivrières, des couronnes de « Fraternités ouvrières ».

 

Nous avons des déchets verts, nous avons des cartons, nous avons des excréments, nous pouvons faire du lombricompost en quantité pour redonner vie à vos terres inertes et y faire repousser des forêts comestibles, y greffer des arbres fruitiers en abondance, et redonner à la terre sa générosité ancestrale que notre monde moderne et fou lui a retiré temporairement.

 

Nous pouvons retrouver ce jardin d’Eden bien plus rapidement que les 200 ans qu’il aura fallu à notre monde perfusé aux hydrocarbures et à l’uranium pour le détruire.

 

Pour cela, nous sommes en route pour ressusciter l’attention aux autres et les décisions, non pas hiérarchiques mais collectives et concertées, afin de nous réapproprier nos vies.

 

Pour cela, nous réinvestissons les espaces de paroles, les bars pour nous rencontrer, nous libérant de vos écrans.

 

Pour cela, nous remettons les mains dans la terre, emboîtant le pas aux mouvements citoyens que sont les incroyables comestibles, les guérillas jardinières et autres jardins partagés.

 

Pour cela, nous irons demain à la rencontre des agriculteurs pour redevenir paysans, pour leur proposer de donner du sens à nos vies oisives, de donner de l’action à nos bras inutilisés, et pour leur proposer de sortir de cette impasse : endettement, grosses machines, produits phytosanitaires, graines stériles, terre morte.

 

Non, l’homme n’est pas un loup pour l’homme. Le monde que nous reconstruisons a existé partout et de tout temps, seuls les dominants et les soumis l’ont oublié.

 

Massoud - 14 avril 2014

Repost 0
Published by gorgerouge - dans braise
commenter cet article
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 06:11

je vous signale un autre résumé du Manuel de transition :


http://biosphere.ouvaton.org/annee-2010/1376-2010-manuel-de-transition-de-la-dependance-au-petrole-a-la-resilience-locale-de-rob-hopkins

 

Merci Michel !

 

3176511914_1d2f4b9f80.jpg  

                                                                   passereau

Repost 0
Published by gorgerouge - dans sources documentaires
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Gorge Rouge
  • : Essentiellement préparer l'après pétrole localement, fruit d'une quête tous azimuts pour comprendre ce monde de fous.
  • Contact

Profil

  • gorgerouge
  • Voir http://gorgerouge.over-blog.com/article-a-la-recherche-de-l-evidence-14-janvier-2011-65012602.html