Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 septembre 2013 7 15 /09 /septembre /2013 06:00
Le 5 juin 2013 mon pote Christophe m'écrit :
Ce mot de décroissance est mal choisi et repoussant : Pourquoi ne pas utiliser " une autre croissance", "une croissance différente", "une croissance de qualité" ....? Dans les centaines d'options qui s'offraient, vous avez choisi le pire repoussoir : Tous les mots en "dé", déchéance, décrépitude, décadence,  déclin entraînent instinctivement une idée de maladie, de vieillesse, de mort voire de pourriture.....

-----------------------------------------------

le 15 septembre 2013, gorgerouge a écrit :
Christophe,
suite à ce mail retrouvé en faisant du rangement, si tu veux je te donnerai à l'occasion le hors série de cet été de La Décroissance : essentiellement consacré à la pertinence de ce titre, car notre conditionnement principal, auquel Denis Collin himself n'échappe pas non plus, c'est bien la croissance, le développement, la relance (Destans), le progrès, l'industrialisation, le mythe de la machine qui fera le boulot à la place de l'homme qui se la coulera douce, et à l'inverse "tu ne me feras pas retourner aux champs", boulon "non numéroté" de mon Une Personne Spectacle.
Bien amicalement,
Gorgerouge.

Le 15 septembre 2013, Christophe a écrit :

 

la confusion vient de ce qu'il y a plusieurs façons d'interpréter le mot "croissance" et donc plusieurs façons de la ressentir et de la vivre . Effectivement la croissance en volume basée sur une consommation inutile et sur le gaspillage est stupide et dangereuse, elle conduit en amont au pillage des ressources naturelles et, en aval, à une pollution difficilement réversible .
En revanche le progrès technologique maîtrisé conduit à une croissance dans d'autres domaines : enseignement, santé, communication .
Même dans ces domaines, il faut d'ailleurs éviter les dérives d'une surproduction et d'une surconsommation comme on le voit dans le domaine de la santé avec la multiplication des examens, des opérations et des médicaments inutiles ou dangereux : on ne doit pas laisser la santé dans les mains du Dr Knock au pouvoir depuis 50 ans mais on doit quand même faire de la recherche....
Il faut chercher tous les moyens de se payer le progrès technologique sans l'amortir par une surproduction....
C'est vrai que les dérives sont nombreuses mais il faut continuer à améliorer la qualité sans gonfler la quantité.
On aura l'occasion d'en reparler mais je reste persuadé que le mot décroissance est négatif et qu'en plus de ce coté négatif, il a un coté dialectique et se présente comme une opposition frontale et conflictuelle 
 
Amicalement, Christophe
 
PS : pour les journées du patrimoine, je suis allé au moulin de Navarre et j'ai découvert la "pompe à coup de bélier" qui y était utilisée autrefois . Comme au cours de mes études je n'avais jamais entendu parler de ce type de pompe et que les schémas présentés n'étaient pas clairs, je suis allé sur Internet et j'ai trouvé un schéma simplifié dans une rubrique anglaise "how ram pumps work" après une nuit de réflexion sur ce schéma, je viens de comprendre....
Cette  petite histoire illustre mon attachement à une technologie qui permet d'échanger des informations complexes et de diffuser la connaissance.


Le 15 septembre 2013, Gorgerouge a écrit :

Gilbert Rist a publié un bouquin plusieurs fois réédité et augmenté, intitulé :  "Le développement, histoire d'une croyance occidentale".

Il écrit dans sa conclusion :

"La problématique du "développement" est inscrite au plus profond de l'imaginaire occidental. Que la croissance ou le progrès puissent se développer infiniment, voilà une affirmation qui distingue radicalement la culture occidentale de toutes les autres.
Cette caractéristique, aussi étrange que moderne, détermine entre les peuples une fracture dont la gravité l'emporte largement sur toutes celles qui ont été forgées au cours de l'histoire pour justifier (…) la prétendue supériorité de l'occident (sauvages / civilisés ; cultures de l'oralité / cultures de l'écrit ; sociétés sans histoire / sociétés historiques, etc.)"

C'est dans mon UPS et ça clôt la partie principale, celle du dévissage du boulon central de notre conditionnement : le progrès.

Le contraire du progrès, qui a donc fondé les autres cultures que la nôtre, c'est une vie fondée sur un fonctionnement écosystémique, en osmose avec la nature.

Ton argument de progrès technologique maîtrisé c'est le cheval de Troie de la croissance, qui permet, une fois qu'on l'a affirmé haut et fort, d'oublier comment décoître dans les autres domaines : car finalement nous nous satisfaisons de notre mode de vie et en bons "salauds immoraux* " que nous sommes, aveugles aux conflits armés lointains qui nous fournissent nos ressources fossiles, nous sommes incapables de réinventer une vie sevrée du pétrole, nous ne sommes capables que d'attendre son épuisement, lâchement, en niant notre implication dans les conflits armés autant que dans la destruction de la biosphère.

Sinon à propos du bélier hydraulique on trouve plein de choses en français,

http://aspic-boutigny-prouais.over-blog.com/article-mormoulins-suite-109176032.html 

et, mieux : http://chateauduloir.over-blog.com/article-231430.html



* immoraux parce que

« La façon dont les citoyens des pays riches vivent actuellement
est dans l’ensemble, moralement acceptable. »
Selon Thomas Pogge, cette situation est le « préjugé préféré »
de tous ceux qui vivent dans le monde occidental.

 Alison Katz, La santé pour tous ! Se réapproprier Alma Ata – janvier 2007 –éditions CETIM

et salauds par ce que lorsque nous prenons conscience de ce préjugé nous continuons la plupart du temps à l'ignorer.

Quant à l'opposition frontale et conflictuelle que tu dénonces, autre cheval de Troie de notre conditionnement pointé du doigt dans ce n° de la Décroissance, je ne vois pas en quoi il ne faudrait pas s'opposer frontalement à une civilisation qui détruit tout sur son passage, jusqu'à elle-même à la fin des fins.

C'est le boulon de la démocratie participative pervertie qu'il faut faire sauter ici : participer oui, à condition d'accepter l'essentiel, si tu t'opposes tu ne participes plus, couché ! C'est une démocratie consensuelle, soumise qui nous est imposée, s'y opposer relève du terrorisme ou de la radicalité, position inacceptable, "circulez y'a rien à voir" comme disait Coluche.

 

Gorgerouge.

 

PS : sur le thème des salauds immoraux, voir aussi Pierre-Emmanuel Neurohr dans http://gorgerouge.over-blog.com/article-preparation-du-16-septembre-p-e-neurohr-et-syrie-5-sept-2013-119892296.html


Repost 0
Published by gorgerouge - dans neige
commenter cet article
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 19:33
---------- Message transféré ----------
De : Philippe Derudder
Date : 11 septembre 2013 18:53
Objet : Un autre regard sur l'histoire et notre avenir
À :

Chers toutes et tous

Merci aux personnes qui m'ont envoyé ce lien que j'ai plaisir à diffuser à mon tour

https://www.youtube.com/watch?v=mTjjRtZAo7c

Semir Osmanagich, scientifique indépendant Bosniaque partage avec nous dans cette vidéo
les découvertes qu'ils a faites dans le cadre des études qu'il a entreprises sur les pyramides tout autour de la planète.  Le regard qu'il porte sur l’humanité et son destin au travers du filtre de ces découvertes, bouscule l'histoire telle qu'on nous l'a enseignée et donne une perspective nouvelle de notre propre civilisation.
Faut-il prendre ce qu'il dit à la lettre ? Non bien sûr, mais tout cela me semble cohérent, plein de bon sens et d’humanité. Aucun désir de sensationnel ; juste un scientifique en quête de compréhension, nourri par un profond respect de la vie et de la nature.  Je vous invite à prendre le temps de regarder cette vidéo jusqu'au bout. Ce qu'il offre là est à mes yeux important... allez bien jusqu'à la fin.

Bonne journée
Philippe

 1998818607_344a18bf9a.jpg
Repost 0
Published by gorgerouge - dans sources documentaires
commenter cet article
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 18:30

 

http://www.communitywalk.com/france/sites_de_permaculture_fran%C3%A7ais/map/384150

 

http://senshumus.wordpress.com/2006/10/13/la-culture-sur-buttes-fiche-technique/

 

http://bioecologie.over-blog.com/article-une-bouteille-en-plastique-de-l-eau-du-javel-et-la-lumiere-fut-92287864.html

 

Merci Mama pour ces 3 liens !

2730130515_b4a3283f0d.jpg                                                               Quelques patissons

Repost 0
Published by gorgerouge - dans sources documentaires
commenter cet article
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 13:14

Le 03/09/2013, Christel a envoyé ce lien :
http://www.reporterre.net/spip.php?article4590

Réponse de Noémie :

yep salut à tous

une petite réaction depuis bruxelles à l'article de reporterre, qui me parait bien optimiste sur l'emploi :
ici les initiatives d'agriculture urbaine sont assez avancées (4-5 ans d'existence pour les plus anciennes), je peux vous dire qu'aucune d'elle n'arrive à créer véritablement de l'emploi !
1- on ne trouve pas assez de parcelles d'une taille adéquate (1ha est le seuil admis au dessous duquel on ne peut pas avoir une production suffisante pour être rentable)
2- beaucoup d'entre elles sont polluées et demandent d'énormes investissements de départ
3- les subventions assument parfois 1/2 à 1 poste de travail, mais au bout de 2-3 ans je peux vous dire que la région commence sérieusement à tirer la gueule et à imposer des logiques productivistes très contraires à leurs intentions publiquement affichées.
4- cultiver 1ha tout seul demande un boulot de dingue et on ne trouve pas grand monde pour mener cette vie là en ville. La plupart des cultures fonctionnent avec des bénévoles en formation, qui espèrent tous pouvoir être un jour rémunérés pour ce travail et il y a beaucoup de tensions car c'est extremement difficile. je passe sur la situation de l'emploi à bruxelles qui n'est pas celle de paris
6- Au prix des denrées alimentaires aujourd'hui, il est quasi impossible de rémunérer dignement les heures de travail effectuées (cad au smic), et ça vaut pareil pour les paysans ruraux et pour les urbains. les paysans qui disent être rentables travaillent beaucoup plus que 35 heures évidemment ! il n'y a qu'à voir le kilo de patates bio à 2€ et le temps qu'il faut pour les déterrer, et ça devient assez clair !
7- les amap, faut se rendre à l’évidence, c'est cher par rapport au supermarché, ça ne touche que des gens qui ont du fric (1/4 des bruxellois vivent en dessous du seuil de pauvreté, bon à paris vous avez pas ce pb)
6- le sol, en ville, reste toujours soumis à la pression foncière, ce qui n'est pas le moindre des problèmes

pour ordre de grandeur, à la bibliothèque où nous avons un bon rendement sur 150m²(de cultures, pas de surface globale), on dégage sur une saison (9mois) 1500€ de bénéfice en vendant au prix du bio ! pas de quoi payer même une personne en plus du poste subventionné (10h de travail pris en charge à 100% par la région)
et pour arriver à cette production, on est au moins 1 personne en + de ce poste à travailler 3x par semaine !
par contre on fait de la sensibilisation, des visites, des ateliers payants, et ça nous apporte 2000 € en + , m'enfin bon c'est pas bezef quand même ! ok on profite gratuitement de la production, mais ça ne couvre pas non plus 100% de nos besoins alimentaires, loin de là
pour l'année prochaine, on va fonctionner différemment, mais franchement la question de l'économie de ces pratiques me semble devoir être regardée avec un peu plus de discernement et moins de fantasmes !
il y a d'autres formules que la nôtre mais aucune n'arrive à la rentabilité sans les subventions, même avec des terrains gratuits. et les subventions ne durent pas toujours, vous savez ça

bref, l'agriculture urbaine, c'est bien beau, mais l'aspect le plus intéressant que j'observe à travers cette idée d'agriculture en ville, c'est que ces personnes sont en quelque sorte les relais des vrais paysans, cad ceux des campagnes ! ils relaient leurs luttes et leurs problèmes, sensibilisent les urbains sur ce qu'est la condition paysanne et la réalité effective, concrète de leur travail, ils sont aussi des relais sur la question des semences, les luttes anti-ogm, la vente directe
ils sont aussi des lieux de formation pour certains jardiniers, mais c'est de l'ordre du potager, pas du maraichage !
c'est bien aussi bien sûr, on s'entend

des bises
Noémie

Ce à quoi Sébastien répond :

hello,
sur le même sujet  :
http://jardinons.wordpress.com/2013/08/18/le-maraichage-en-permaculture-est-viable-economiquement/ ou comment créer un smic sur 1000m2 en permaculture 1500€, sur 150m2, vous en etes pas loin! et en effet, ce qu'il faut compter, c'est d'autres types de benefs

SG

Repost 0
Published by gorgerouge - dans sources documentaires
commenter cet article
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 06:13

La recherche du sens de la vie, la philosophie, est née en Grèce à une époque déjà dominée par l’argent, l’esclavage et en conséquence, par l’égoïsme, rendu possible par les deux premiers termes.

 

La recherche du sens de la vie  n’avait pas lieu d’être à l’époque où la vie avant un sens : celle des sociétés traditionnelles.

 

Jostein Gaarder, philosophe et historien de idées, dans  son best seller Le monde de Sophie, passe complètement à côté de ce constat. Car son histoire de la philosophie, à l’instar de notre philosophe local ébroïcien Denis Collin, ignore les peuples premiers considérés comme préhistoriques et préphilosophiques et se satisfait au passage de notre mode de vie occidental, industriel, progressiste, pétri de croissance, pour s’engouffrer ainsi dans les pas du Petit bourgeois gentilhomme, faisant de nous, habitants des pays riches, des salauds immoraux qui, jamais, ne baisseront les yeux sur le sang des guerres qui recouvre leurs mains. Ou alors cette lucidité sera exceptionnelle, au détour d’une rencontre improbable avec un Jean Ziegler ou un Thomas Pogge, ce genre de personnages systématiquement ignorés et censurés par les médias dominants.

 

Le retour aux écosystèmes, aux équilibres et à un mode de vie artisanal et concerté, mais libéré des traditions, se fera en empruntant le chemin de la décroissance.

 

Repost 0
Published by gorgerouge - dans écrin
commenter cet article
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 08:22

En juin 2013, l'émission "Terre à terre", sur France-Culture, a consacré toute une émission au potager des Lentillères, squatté sur Dijon depuis quelques années:

http://www.franceculture.fr/emission-terre-a-terre-le-jardin-des-lentilleres-1-2013-06-08
et
http://www.franceculture.fr/emission-terre-a-terre-le-jardin-des-lentilleres-a-dijon-2-2013-06-15


http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4639894


3665900924_9b5e8681cc.jpg                                                                    Onagre

Ecouté et posté le jour même où j'ai bien cru que j'allais me faire virer des potagers familiaux pour cause que ma parcelle est trop en friche, envahie par le liseron. Mais non, je suis en sursis...

Il faut dire aussi que mes buttes j'y vais rarement, et c'est ça qui les fait chier surtout, on est sur terre pour en chier, c'est inscrit profondément dans notre culture judéo-crétine,
la permaculture j'ai beau en avoir parlé lors de l'AG de 2012
ils ne savent pas ce que c'est,
que ma parcelle produise ou pas ça ne change rien pour eux,
(elle donne des carottes, des betteraves rouges, des salades,
plein de topimambours, les seules cultures qui se voient de loin
mais ici personne n'en mange ça leur rappelle la guerre
ça ne joue pas en ma faveur, et quelques autres trucs exotiques comme de l'oseille perpétuelle mais c'est vrai que ça ne pousse pas autant que je l'avais espéré et que dans les autres parcelles les légumes sont souvent plus gros, faut dire que si j'avais greliné
ma terre ne se serait pas effondrée sous son propre poids
j'ai trop compté sur les vers de terre ça me servira de leçon
et du coup à vous aussi.

Mon pote Alain ne se sert comme outil que d'une fourche de champignonier à 6 dents en guise de grelinette et ses buttes envahies par du liseron donnent bien plus que les miennes.)

La présidente essaie de me soutenir mais elle est dépassée par le collectif, du genre Le chat du marché de Gilbert Laffaille, chanteur génial censuré comme tant d'autres.

Du coup s'ils me virent je pourrai me recentrer sur le potager de Popaul !

En route pour les lasagnes !
En route pour de nouvelles aventures !
A nous deux vaste monde !!

Merci Sarah !


4820729228_6dfbb16ec7.jpg                                                                  Onagre toujours

racines et jeunes feuilles : de l'automne au printemps fleurs : juin-octobre
tiges : Les Indiens Pieds-Noirs les faisaient bouillir, avec les feuilles
feuilles : cuites en légume
racines : elles se mangent crues et râpées ou cuites comme légume ou en purée. Sa saveur est douce et similaire à celle du panais.

Elles étaient séchées pour être consommées l’hiver, cuites dans deux eaux, elles étaient ensuite cuites en ragoût, à la vapeur ou confites

fleurs : elles sont aussi comestibles, s’utilisent en décor

Les diverses parties de l'onagre peuvent avoir tendance à irriter la gorge, même cuites, lorsqu'on les consomme seules. Il est toujours préférable de les mélanger avec d'autres végétaux.

Source : http://www.hermeline-plantes-sauvages.com/guide3.php

Repost 0
Published by gorgerouge - dans sources documentaires
commenter cet article
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 21:33

https://mail.google.com/mail/?hl=fr&shva=1#inbox/13ff706608e624be

Video en anglais sous-titrée en français.

35 minutes excellentes. Merci Yvonne.

Comment faire pour que Monsieur Destans la regarde ?

Si les solutions proposées tout à la fin sont un peu maigrichonnes bien que Rob Hopkins apparraisse au générique, ce blog en propose à profusion, notamment dans les catégories EVT (pour Evreux Ville en Transition) : http://gorgerouge.over-blog.com/categorie-12521111.html et roulement à billes.

Les générations futures, c'est nous !

5223753678_064ea210bc.jpg  

 

Repost 0
Published by gorgerouge - dans sources documentaires
commenter cet article
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 15:01

 

Compte-rendu ateliers Evreux – Eure en transition

jeudi 18 juillet 2013 au Bohème

 

 

Nous étions 10. Nous sommes restés en groupe entier toute la soirée.

 

=> 1. Robin a brièvement présenté les grandes lignes de l'écriture d'un one man show sur l'après pétrole :

  • les Antilles en Normandie, profusion alimentaire locale,

  • le vélo couché vertical collectif ou VCVC pour l'énergie du pédalier élargie,

  • et le rassemblement d'un panel de 100 personnes pour organiser une visualisation collective. (La grande libératrion de l'imaginaire de Rob Hopkins mais avec des personnes tirées au hasard sur un territoire donné afin de donner leur place aux 30 % d'artisans ou ouvriers travaillant de leurs mains – organisation en 10 groupes de 10)

 

Jean-Yves prendra contact avec Le cube à essai et Robin avec le Mega Pobec afin de transformer ces situations en scénettes que nous irions jouer sur la place du marché et/ou de faire jouer ce spectacle par un acteur.

 

5027116451_c2473c0cab.jpg

 

Pour tenter d'approcher les artisans Robin a un contact récent auprès de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat, déjà contactée auparavant mais sans retour pour le moment.

 

=> 2. La co-location a été longuement abordée, y compris pour les personnes âgées, voir les babayaga. http://www.lamaisondesbabayagas.fr/

 

=> 3. Nous avons donné des nouvelles des jardins partagés (projets embyonnaires après contacts pris avec la ville d'Evreux), incroyables comestibles (tentative à l'automne dernier, infructueuse pour l'instant) et autre potager communautaire de Popaul (prétexte pour créer du lien social pour l'instant, beaucoup à manger pour les limaces cette année et quasiment rien pour nous, mais plusieurs leçons tirées de cette première expérimentation nous permettront de mieux nous organiser l'an prochain).

 

=> 4. Le projet de stand au Musée de la pomme à Conches en Septembre n'est pas possible : renseignements pris, Claude nous dit qu'il n'est ouvert qu'aux producteurs locaux.

 

=> 5. Suite aux tentatives infructueuses de rencontrer le président du Conseil Général de l'Eure,

voir http://gorgerouge.over-blog.com/article-demandes-de-rendez-vous-avec-le-president-du-cg27-118831959.html , absence de réponse du CG probablement dûe à une perception trop alarmiste et catastrophiste de notre vision de l'avenir post pétrolier et en opposition trop frontale aux convictions progressisites de M. Destans, (voir à ce sujet le mot « relance » au centre des propos du Président du CG dans une de ses récentes interventions dans la presse locale), nous envisageons un courrier collectif – nous ne nous sommes pas demandé qui s'occupait de rédiger la première ébauche de ce courrier => avis aux a(r)mateurs !

 

=> 6. La question de la tenue d'un stand au forum des associations en septembre s'est posée mais nous ne sommes pas (pas encore, voir plus loin) constitués en association et il est trop tard pour postuler. Nous pourrions tout de même démarcher les stands lors de ce forum pour leur parler de notre prochaine soirée et les y convier.

 

=> 7. Nous envisageons de nous constituer en association afin d'avoir plus de crédibilité, un bureau collégial est envisagé (plusieurs personnes toutes co-présidentes, co-secrétaires, co-trésorières), Robin s'informe sur la question de la responsabilité juridique de la formule. Devoirs de vacances : faire des propositions pour l'objet de l'association et éventuellement sur la rédaction des statuts.

 

=> 8. Rejoindre massivement le groupe local d'EELV pourrait être une ouverture possible. Les prochaines dates de réunion de ce groupe seront communiquées à la liste EVT (Evreux Ville en Transition).

 

=> 9. Plusieurs autres contatcs et autant d'ouvertures possibles sont en cours : auprès du Conseil Economique, Social et d'Environnement, dont l'un des membres fera une présentation de notre action et de nos attentes en séance plénière en septembre, et auprès des socialistes ébroïciens.

 

=> 10. La question de la difficulté de démarrer quelque chose de concret est abordée au cours de la soirée, par quoi faut-il commencer ? Lister les actions possibles ? Voir la rubrique roulement à billes sur le blog de gorgerouge :

http://gorgerouge.over-blog.com/categorie-11117285.html .

On sent bien une nécessité de relais des pouvoir publics qui ne vient pas d'un côté, et une difficulté à mobiliser le tissu association et la sphère artisanale de l'autre, deux freins qui n'en sont pas forcément ailleurs : à Salon-de-Provence par exemple où les instigateurs de Salon en transition ont mobilisé les tissu associatif local. « On est très forts en com' » disent-ils sous forme de boutade. Voir les points 10 et 7 dans les notes de Cluny ci-dessous.

Voir aussi http://salontransition.wordpress.com

 

=> 11. Mathilde propose de démarcher les commerçants à propos des sacs en plastique remplaçables par des sacs en papier, rencontres pouvant être l'occasion d'écrire des sketches venant s'ajouter au point 1.

 

=> 12. Robin a un nouveau rendez-vous grâce à un nouveau contact, à prendre auprès de l'ALSM (Amicale Laïque de St-Michel) pour envisager une réunion locale dont la forme reste à déterminer : conférence débat, ateliers participatifs, sketches etc.

 

=> 13. La prochaine soirée Evreux et Eure en transition aura lieu un lundi en septembre, lieu et date à déterminer. (21/07 : on avait pensé au Seven mais ils ne sont pas ouverts le lundi soir et ils ont trop de monde en soirée. Je vais chercher du côté de Gravigny). La soirée suivante, un mardi, devrait se tenir au Kilucru, nouveau restaurant locavore à la place de l'ancien Masacha, 5 rue Franklin Roosevelt.

 

-------------------------------------------------_

 

Rencontres nationales de la transition, Cluny, 24, 25 et 26 mai 2013.

 

Rencontre des référents des territoires et villes en transition - TVT, samedi 25 mai au matin.

 

Notes relatives au groupe "Quels partenariats locaux, nationaux, internationaux ?" Notes prises par Robin, mémoire de la table correspondante.

 

5320163893_d15f5af831.jpg

 

Partenariats internationaux :

 

- 1. nécessité d'y coller cellezetceux qui parlent anglais dans la mesure où le transition network se trouve à Totnes et est animé par des anglophones dont Rob Hopkins himself

 

- 2. lors du Festival des utopies concrètes - FUC - de septembre 2012 à Paris avait eu lieu unejournée avec plusieurs ateliers et moments d'échanges à Ecobox pour les transitionneurs de l'Île-de-France et d'autres régions (à la louche 80 personnes). Plusieurs personnes du groupe qui avait animé cette journée revenaient de Londres où elles avaient vécu la conférence annuelle internationale de la Transition sur trois jours. Ce type de partenariat est incontestablement à poursuivre, sous réserve d'en assurer le coût (aller-retour pour Londres pour plusieurs personnes)

 

- 3. rôle important d'Internet

 

 

Partenariats nationaux :

 

- 4. la réponse est sous nos yeux : ces rencontres nationales de la transition sont l'occasion de nouer des partenariats nationaux puisque c'est précisément l'objectif de cet événement

 

 

Partenariats locaux :

 

- 5. comment résoudre la proximité à 95% entre les TVT et Colibris ? Envois par mail en double liste des infos concernant les opérations organisées en partenariat

 

- 6. la question des partenariats peut s'entendre du point de vue de la liste des partenaires potentiels et de la méthodologie pour nouer des partenariats. Le premier point de vue, celui de la liste, est simple à traiter : personne n'échappe à un partenariat potentiel dans la mesure où personne n'échappera à l'après pétrole. Reste à indiquer un réseau potentiellement intéressant à approcher : la jeune chambre économique, qui regroupe des personnes de moins de 40 ans, réseau international qui existe depuis plus de 70 ans

 

- 7. nos partenaires, associatifs, institutionnels ou autres, sont autant de portes d'entrée pour aborder la transition vers l'après pétrole, l'important étant de se demander en quoi chaque structure et chaque personne peut apporter sa pierre, et donc d'être à l'écoute, de respecter les différences, de cultiver une vision positive de l'avenir et de nos relations avec chacunE

 

- 8. la question des partenariats locaux est elle aussi sous nos yeux, mais différemment que pour les partenariats nationaux évoqués plus haut : il s'agit ici de la manière dont est organisé cet atelier ayant pour but de répondre aux questions : quels objectifs et quelle organisation pour la coordination nationale des TVT ? Les 4 thèmes (dont celui-ci : "Quels partenariats locaux, nationaux, internationaux ?") sont répartis autour de 4 tables de 2 à 8 personnes, sachant que nous sommes une petite vingtaine de personnes en tout, et hormis les personnes-mémoire qui restent à leur table, les autres vont où elles veulent, en changeant de tables n'importe quand mais si possible à chaque gong toutes les 20 minutes. 3 phases de 20 minutes ont lieu. La personne-mémoire résume à chaque nouvelle séquence ce qui s'est dit dans le ou les groupes précédents, puis fait un rapide compte-rendu oral en fin d'atelier. Adopter le même genre d'animation de groupe avec nos différents partenaires répond bien à la question des partenariats locaux du point de vue de la méthodologie. Ce sont bien ces formes d'organisation dont le but est de partager la parole et le pouvoir qui font notre originalité – sociocratie, alocraty etc. Sur cet aspect la demande est omniprésente et participe d'un glissement fort du "lutter contre" vers l'auto-organisation, même si dans bien des cas les deux sont nécessaires (voir Notre-Dame-des-Landes)

 

- 9. la méthodologie des partenariats doit se concentrer autant sur la transition intérieure (action sur le stress, nécessité de concision, attention aux autres même pendant que je parle…) que sur la transition méthodologique au sens de l'animation de groupes évoquée au point précédent

 

3971643418_4c5be2a798.jpg

 

- 10. "on est très forts en com' ", boutade lancée à la volée mais boutade essentielle, car elle montre que créer des partenariats signifie d'abord s'attacher à l'humain, rencontrer les gens encore et encore, tout en respectant le point 7

 

- 11. organiser des évènements ou se greffer et s'inviter à des évènements existants

 

- 12. trois principes à garder à l'esprit lorsqu'on crée un événement : éviter les dates communes avec d'autres évènements, organiser des réunions en commun avec l'ensemble des partenaires (et pas seulement l'équipe organisatrice restreinte), organiser des formats de réunion ouverts (retour au point 8)

 

- 13. http://fr.ekopedia.org , mutualisation d'outils

 

- 14. la transition versus TVT ne fait ni de militantisme ni de prosélytisme, position qui peut éclairer différemment nos attitudes, nos paroles, nos manières d’aborder nos partenaires. Dit autrement : nous ne sommes pas une association de plus, mais plutôt nous apportons une vision de l’avenir fédératrice des mouvements existants. Cette approche permet de remplacer ce qui nous met en concurrence par ce qui nous rend complémentaires et qui nous rassemble, exactement la même démarche que celle qui a présidé aux rencontres nationales de la transition et à la création de ce collectif de la transition regroupant 12 associations nationales. Nous ne sommes donc pas les seuls dans cette position, et nous sommes bien tous marqués en profondeur par l’appropriation de ces techniques d’animation de groupes et de partage de la parole et du pouvoir évoquées plus haut.

 

 

Repost 0
Published by gorgerouge - dans AET
commenter cet article
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 09:34

 http://www.permaculturedesign.fr

 

Bonne découverte !

 

3347840616_4fd74cefa3.jpg

Repost 0
Published by gorgerouge - dans roulement à billes
commenter cet article
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 20:33

Les générations futures, c'est nous !

 

Mercredi 3 juillet, à la Cantonade, nous étions 4 et nous avons commencé à bosser sur des sketches du genre "Oyez oyez braves gens, approchez mesdames et messieurs !...", à tester et à enrichir ensemble le 18 juillet... à vos crayons !

 affiche-18-juillet-2013-649-Ko.jpg

 

Indications informatiques ci-dessous pour les prochaines modifications.

 

Vous trouverez ici un communiqué de presse, à évoquer autour de vous, imprimer et distribuer sans modération : il semble bien que localement la préparation à l'après pétrole pédale dans la semoule,

car hélas nous ne représentons bel et bien qu'un îlot de lucidité dans un océan de déni comme l'avait pertinemment fait remarquer Benoît Thévard.

 

 

Mercredi 29 mai à Rouen j'étais à une soirée sur les monnaies locales, et le ouk-aïnde des 25 & 26 mai à Cluny à des rencontres nationales de la transition, donc de nombreuses bonnes nouvelles sur les techniques d'animation et de partage de la parole et, donc, du pouvoir, et ce quelque soit le nombre de personnes présentes.
    

---------- Message transféré ----------

Date : 13 avril 2013 10:31



Pas possible d'utiliser la fonte "ITC Kristen™ Std Normal" pour le titre .. pas disponible en téléchargement gratuit.

Donc titre, comme texte de pied en "Fluffy Slacks BTN" ..

Voilà voilà

++
Pascal
Repost 0
Published by gorgerouge - dans AET
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Gorge Rouge
  • : Essentiellement préparer l'après pétrole localement, fruit d'une quête tous azimuts pour comprendre ce monde de fous.
  • Contact

Profil

  • gorgerouge
  • Voir http://gorgerouge.over-blog.com/article-a-la-recherche-de-l-evidence-14-janvier-2011-65012602.html